Maurizio Ferraris : Documentalité et documedialité, Le 9 juin de 14h00 à 17h00

Maurizio Ferraris : Documentalité et documedialité, 

Le 9 juin de 14h00 à 17h00

Studio de Cours  21.1.16, rue Saint-Martin.

Le 9 juin nous recevons le Pr Maurizio Ferraris, philosophe théoréticien, directeur du Centre interuniversitaire d’ontologie théorique et appliquée de l’Université de Turin. Grammatologue, – il a collaboré avec Jacques Derrida- il développe une vision de la société actuelle comme une société de l’enregistrement fondée sur le document écrit bien plus que sur la communication. Il conçoit l’époque actuelle, marquée par le web, comme une période d’intensification des actions d’enregistrements sous forme de traces qui engagent les individus.

Maurizio Ferraris est responsable pour le  Collège d’études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme du projet DOCUMEDIALITY : WEB, NEW MEDIA, AND NEW PERSPECTIVES IN ONTOLOGY, auquel Dicen-idf est associé pour le chapitre 5 The Archives of the Future.

Cette séance est l’occasion de confronter nos concepts de document, de trace, d’enregistrement, de preuve avec la vision originale du philosophe.

 

Pour mieux connaitre Maurizio Ferraris et son œuvre :

https://maurizioferraris.it/

Pour préparer cette séance, Maurizio Ferraris nous recommande la lecture de son ouvrage :

 

Nous vous signalons également :

 

Programme de la séance :

14h00 -15h00

Introduction par Claire Scopsi et Marta Severo

Présentation de quelques concepts de la documentalité

15h00 pause

15h15 : intervention de Maurizio Ferraris : Documentalité et documedialité

Copernic a révélé la structure de l’univers, Darwin l’origine de l’homme et Freud les fondements de la conscience. Le Web, ce révolutionnaire sans père fondateur, (le « père » du Web, n’est assurément pas Tim Berners-Lee) a révélé les structures profondes de la réalité sociale, avec une évidence jamais encore atteinte. Il a montré que la réalité sociale n’a pas seulement besoin de communications mais, plus encore d’enregistrements, en portant à notre regard, précisément depuis l’explosion de l’écriture à laquelle nous assistons depuis 3 décennies, le rôle non pas accessoire, mais constitutif, que jouent les documents dans la construction de la réalité sociale. J’appelle « documédialité » cette situation car elle est la fusion entre la dimension des média, qui sont désormais individualisés par les média sociaux (chacun étant devenu un « broadcaster » potentiel), et de la « documentalité », la couche documentaire qui est à la base de la construction de la réalité sociale.

Se Copernico ha rivelato la struttura dell’universo, Darwin le origini dell’uomo, e Freud i fondamenti della coscienza, il Web, questo rivoluzionario senza padre fondatore (il “padre” del Web non è certo Tim Berners-Lee) ha rivelato le strutture profonde della realtà sociale, con una evidenza mai prima raggiunta. Ha mostrato che la realtà sociale non ha bisogno solo di comunicazioni, ma, ancor più, di registrazioni, mettendoci sotto gli occhi, per l’appunto con esplosione della scrittura a cui assistiamo da tre decenni a questa parte, il ruolo non accessorio, ma costitutivo, che i documenti svolgono nella costruzione della realtà sociale. Chiamo “documedialità” questa situazione giacché comporta la fusione tra la dimensione dei media, che ora sono individualizzati dai social media (ogni soggetto è potenzialmente un broadcaster), e della “documentalità”, lo strato di documenti che sta alla base della costruzione della realtà sociale.

16h00-17h00 : discussion avec Maurizio Ferraris.