Warning: Parameter 1 to Page_columnist_page_transition::_exec_cspc_trans_header() expected to be a reference, value given in /var/alternc/html/c/cnam/dicenidf.org/wp-content/plugins/page-columnist/page-columnist.php on line 155

Séminaire Data, médiation, valorisation

Thématiques : esponsable de la thématiqueataponsable de la thématique

Journée d’étude de la thématique
« Data, médiation, valorisation »

Co-animée par Béa Arruabarrena, Gérald Kembellec et Karim Fraoua (poster une déclaration d’intention ou poser une question)


« Place des données dans les sciences de l’information et de la communication : usages, usagers et applications »

La journée d’études spéciale « data, médiation, valorisation » du Laboratoire DICEN-IdF se tiendra le 15 avril prochain au CNAM. Nous y discuterons les phénomènes data sous plusieurs angles disciplinaires : Info-communicationnel comme axe d’ancrage bien sûr, mais aussi en convoquant des postures issues notamment de l’anthropologie, de la sociologie ou même de la philosophie. L’objectif de cette journée d’étude est faire un état des travaux de recherche interne au Laboratoire DICEN-IdF sur le phénomène des datas par leurs contributions épistémologiques, méthodologiques et appliquées s’intéressent aux problématiques de data dans leurs rapports entre humains et société au regard des enjeux sociotechniques, sociocognitifs, organisationnels, socioéconomiques, politiques et éthiques qu’elles soulèvent.
JE 2020 Data, médiation, valorisation

A l’heure où la mise en données des activités humaines par n’a jamais été aussi importante, les technologies numériques produisent des données de manière de plus en plus massive, qui elles obligent à repenser les relations humaines, le fonctionnement de la société et les modalités de la production de nouveaux savoirs appuyés sur les contenus. Ces avancées majeures impactent nos réflexions sur la relation humaine au sens de l’interface humain-machine que ce soit par l’extension technologique de l’IOT (et des objets connectés), l’émergence de l’intelligence artificielle, le Web sémantique, le traitement des données massives, mettant en œuvre des algorithmes et des méthodes d’analyse quantitative de données de plus en plus sophistiqués, telles que le Machine Learning pour la prédiction et le Deep Learning pour la reconnaissance faciale ou encore le traitement automatique des langues avec par exemple. Toutes ces évolutions technologiques ont un impact d’ordre cognitif et anthropologique non seulement dans leur conception (design) basés sur les ressorts de la psychologie cognitive et sociale, et les récentes découvertes des neurosciences que dans leurs usages où les dispositifs data interviennent désormais dans toutes nos décisions. Ces innovations technologiques occasionnent également le développement de nouvelles formes de « gouvernementalité » pour la société, telles qu’on peut le voir avec l’utilisation des traces comportementales, ou encore avec l’intensification de plateforme de données, des API et l’automatisation des procédures portés par l’action publique par exemple. La question de l’impact de la donnée est aussi cruciale sur la production de savoir pour les recherches en sciences sociales. Ce sont aussi les questionnements éthiques tant sur le plan de la protection des données que celui de la protection des personnes qui sont convoqués.

Ce séminaire sera organisé en deux parties. Dans une première partie, il s’agira d’aborder les travaux d’ordre théorique et méthodologique visant à problématiser d’un point de vue disciplinaire, la médiation et de la valorisation des données et les enjeux associés au sein de notre société. Nous questionnerons alors la manière dont on peut analyser les dispositifs producteurs ou consommateurs de données comme « objets frontières » entre les disciplines et quelle est la porosité des dites frontières sur ces sujets. Dans la deuxième partie, nous explorerons les aspects applicatifs (expérimentation, cas d’usages, etc.) qui questionnent, mettent en œuvre ou soulèvent des problématiques de données pour la société, dans des domaines aussi variés que la santé, l’éducation, la ville, l’écologie, le marketing et la documentation, etc.

Modalité de participation

Les contributions peuvent couvrir différents champs sur ce qui a été exposé, il faut proposer pour le 15 janvier 2022 un résumé d’une page maximum adressée à Gérald Kembellec, Karim Fraoua et Béatrice Arruabarrena (avec une courte bibliographie en cas d’intervention extérieure au laboratoire, sur proposition d’un membre du Laboratoire). Il faudra préciser dans le courriel si vous souhaitez participer sur la partie « théorique » ou dans la partie « appliquée » de l’après-midi, ou encore s’il s’agit de discuter un texte lors de la section doctorale.

Chaque présentation durera environ 15-20 minutes suivie d’échanges avec les participants.
Les propositions des doctorants sont encouragées, surtout s’il y a un enjeu de présentation scientifique ultérieure lors d’un congrès (comme H2PTM, SFSIC…) ou encore du séminaire doctoral. Une session est spécifiquement dédiée en fin de journée à la discussion des textes de doctorants.

Programme prévisionnel du séminaire

Matin – Data et usages : Dimensions philosophique / anthropologique et techniques

  • 10h Introduction : Gérald Kembellec & B. Arruabarrena & K.E Fraoua
  • 10h15-10h45 Intervention théorique 1
  • 10h45-11h15 Intervention théorique 2
  • Pause (10’)
  • 11h25-11h55 Intervention théorique 3
  • 11h55-12h25 Intervention théorique 4
  • Conclusion

Après-midi : Production de données et usages dans le laboratoire (14h-17h)

Partie 1. Les projets de recherches en cours (13h30-15h30)

  • 13h30-14h10 (30’ + 10’) Projet 1
  • 14h10-14h50 (30’ + 10’) Projet 2
  • 14h50-15h30 (30’ + 10’) Projet 3

Pause (10’)

Partie 2. Session doctorale

    Papiers ou chapitres en cours. Possibilité de présentation et/ou discussion de texte (15h45-17h00)

  • Présentation 1 (20’ + 15’)
  • Présentation 2 (20’ + 15’)
  • Clôture

* content missing

* content missing