Archives décembre 2022

    • Soutenance de thèse de Jessica Gheller
    • Publié le 16 décembre 2022 par Claudia DA RE dans
    • Soutenance de thèse de Jessica Gheller intitulée: L’évaluation contributive comme levier d’amélioration du système de santé : le cas des plateformes et dispositifs de coordination dans le contexte français. Sous la direction de Christian Bourret, Professeur en SIC à l’Université Gustave Eiffel (DICEN-IdF) Elle aura lieu le vendredi 16 décembre 2022, à 14h00 en salle 120 Institut d’Ingénierie des Services de l’Université Gustave Eiffel, Serris. Composition du jury Rapporteur : ANDONOVA Yanita, Professeure des Universités Sorbonne Paris Nord Rapporteur : BOUILLON Jean–Luc, Professeur des Universités Université Rennes 2 Directrice/Directeur de thèse : BOURRET Christian, Professeur des Universités Université Gustave Eiffel Examinateur : PARRINI–ALEMANNO Sylvie Professeure des Universités CNAM Examinateur : BENSADON Anne–Carole, Inspecteur Général des Affaires Sociales Inspection Générale des Affaires Sociales Examinateur : BIEDMA FERRER José Maria Professeur des Universités, Université de Cadix Résumé La recherche concerne l’amélioration des systèmes de services d’aide et de soin dans le système de santé français, intégrant une attention particulière à l’approche territoriale des inégalités sociales de santé. S’appuyant sur l’ambivalence des évolutions du système de protection sociale français, notre questionnement porte sur l’évolution des logiques normatives liées à l’évaluation des parcours de santé complexes et leur potentiel d’hybridation porteur d’innovation sociale et de résilience. En ce sens, nous interrogeons les relations entre les dynamiques évolutives des territoires de santé numérique et les nouvelles méthodes d’évaluation de type contributives, comme alternatives aux évaluations normatives issues de « l’idéologie gestionnaire ». Ce questionnement s’inscrit dans l’approche ICCOE (Information, Communication, Confiance, Organisation et Écosystème) enrichie du cadre intégrateur des approches Communicationnelles des Organisations (ACO) et de l’interdiscipline avec la géographie. Considérant l’imbrication de l’espace et de l’organisation, la méthodologie mobilise les théories qualitatives utilisées tant en géographie qu’en SIC, notamment la modélisation et la sémiotique. Dans le cadre d’une observation participante au long cours, a été conduite, une analyse longitudinale, des pratiques infocommunicationnelles à l’origine des dynamiques de changement/reproduction au sein de cinq plateformes et dispositifs de coordination de santé, prenant en compte les contextes national, régional et infradépartemental français. Les principaux enseignements concernent les dynamiques d’émergences de nouvelles méthodes d’évaluation contributives au sein des organisations locales de santé, résultant des interactions entre différents processus normatifs existants, dont certains permettent une réelle transmission des informations intégrant le patient et son entourage. Au final nous faisons des préconisations pour favoriser les approches contributives en plaidant pour la conception de nouveaux espaces d’évaluation spéculative propre à renouveler l’imaginaire des données des acteurs des parcours de santé.
    • Soutenance de thèse de Jessica Gheller
    • Publié le 9 décembre 2022 par Claudia DA RE dans
    • Soutenance de thèse de Jessica Gheller intitulée: L’évaluation contributive comme levier d’amélioration du système de santé : le cas des plateformes et dispositifs de coordination dans le contexte français. Sous la direction de Christian Bourret, Professeur en SIC à l’Université Gustave Eiffel (DICEN-IdF) Elle aura lieu le vendredi 16 décembre 2022, à 14h00 en salle 120 Institut d’Ingénierie des Services de l’Université Gustave Eiffel, Serris. Composition du jury Rapporteur : ANDONOVA Yanita, Professeure des Universités Sorbonne Paris Nord Rapporteur : BOUILLON Jean–Luc, Professeur des Universités Université Rennes 2 Directrice/Directeur de thèse : BOURRET Christian, Professeur des Universités Université Gustave Eiffel Examinateur : PARRINI–ALEMANNO Sylvie Professeure des Universités CNAM Examinateur : BENSADON Anne–Carole, Inspecteur Général des Affaires Sociales Inspection Générale des Affaires Sociales Examinateur : BIEDMA FERRER José Maria Professeur des Universités, Université de Cadix Résumé La recherche concerne l’amélioration des systèmes de services d’aide et de soin dans le système de santé français, intégrant une attention particulière à l’approche territoriale des inégalités sociales de santé. S’appuyant sur l’ambivalence des évolutions du système de protection sociale français, notre questionnement porte sur l’évolution des logiques normatives liées à l’évaluation des parcours de santé complexes et leur potentiel d’hybridation porteur d’innovation sociale et de résilience. En ce sens, nous interrogeons les relations entre les dynamiques évolutives des territoires de santé numérique et les nouvelles méthodes d’évaluation de type contributives, comme alternatives aux évaluations normatives issues de « l’idéologie gestionnaire ». Ce questionnement s’inscrit dans l’approche ICCOE (Information, Communication, Confiance, Organisation et Écosystème) enrichie du cadre intégrateur des approches Communicationnelles des Organisations (ACO) et de l’interdiscipline avec la géographie. Considérant l’imbrication de l’espace et de l’organisation, la méthodologie mobilise les théories qualitatives utilisées tant en géographie qu’en SIC, notamment la modélisation et la sémiotique. Dans le cadre d’une observation participante au long cours, a été conduite, une analyse longitudinale, des pratiques infocommunicationnelles à l’origine des dynamiques de changement/reproduction au sein de cinq plateformes et dispositifs de coordination de santé, prenant en compte les contextes national, régional et infradépartemental français. Les principaux enseignements concernent les dynamiques d’émergences de nouvelles méthodes d’évaluation contributives au sein des organisations locales de santé, résultant des interactions entre différents processus normatifs existants, dont certains permettent une réelle transmission des informations intégrant le patient et son entourage. Au final nous faisons des préconisations pour favoriser les approches contributives en plaidant pour la conception de nouveaux espaces d’évaluation spéculative propre à renouveler l’imaginaire des données des acteurs des parcours de santé.