Archives 2024

    • Colloque « De l’information scientifique et technique (IST) à l’intelligence économique au service des territoires : évolutions et nouvelles perspective »
    • Publié le 1 juillet 2024 par Claudia DA RE dans
    • Serris, 1 et 2 juillet 2024 https://ie-territoires.sciencesconf.org/?lang=fr Cette conférence veut tout d’abord contribuer à rappeler les liens étroits et la continuité qui ont existé entre le développement de l’information scientifique et technique (IST) en France et celui de l’intelligence économique (IE). Ensuite analyser les nouveaux enjeux et dimensions de l’intelligence économique de nos jours avec, en particulier, la dimension territoires, l’intelligence économique étant désormais au service des territoires. Il correspond aussi à un double hommage : à l’Amiral Lacoste, un des fondateurs de l’IE en France, et au Professeur J.-E. Dubois, qui y a été au cœur du développement de l’IST. Hommage qui a été différé par la pandémie de Covid. Ce rappel des origines de l’IST et de l’IE entre aussi en résonance très forte avec le projet thématique de la nouvelle Université Gustave Eiffel sur la « ville de demain » en proposant d’explorer de nouveaux champs de l’intelligence économique, considérée, dans le sillage du Préfet Rémy Pautrat et de P. Clerc, comme au service des territoires. Ces nouveaux champs de l’IE, avec toute leur dimension territoriale, peuvent correspondre à : La Santé et Protection sociale, avec la question des déserts médicaux, de la construction de la coopération autour de nouveaux dispositifs comme la télémédecine, etc. L’Intelligence sportive, notamment autour de grands événements comme les Jeux Olympiques et Para-Olympiques ou les Coupes du Monde (football et rugby). Le Tourisme, notamment dans sa dimension patrimoine, sites, et management des destinations. L’intelligence de l’impact des changements climatiques et des enjeux de la transition écologique (et numérique). La maîtrise des normes comme levier de compétitivité, etc. La connaissance des rapports de force géopolitiques et géoéconomiques qui peut dans certains cas avoir une influence importante sur les entreprises locales (high tech, mais aussi approvisionnement) IE et Intelligence artificielle Ces nouveaux champs de l’IE complètent les autres champs plus classiques de l’intelligence économique : La Sécurité économique et les risques pour les entreprises, Les Smart et Wize Cities, L’influence. Avec toute la dimension de la production (data mining), de la mise en forme (data vizualization) des données pour l’aide à la décision dont les enjeux sont aujourd’hui traités en France par le Groupement français de l’industrie de l’information (gf2i). Les propositions de communications pourront se répartir selon cinq axes : Axe 1 : Les origines : enjeux et politiques d’information scientifique et technique Axe 2 : Développement et défis de l’intelligence économique Axe 3 : Nouveaux champs et enjeux de l’intelligence économique : mondialisation et territoires Axe 4 : Nouvelles approches de la dimension prospective de l’intelligence économique Axe 5 : Enjeux d’éducation, notamment sur les territoires
    • Soutenance de thèse Fabrizio Defilippi
    • Publié le 24 mai 2024 par Claudia DA RE dans
    • Lundi 10 juin 2024 à 13h30 à l’Université Paris Nanterre, bât. B Pierre Grappin — Salle B016 Paul Ricoeur (plan d’accès : https://www.parisnanterre.fr/plan-du-campus#KLINK). Soutenance de thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication de Fabrizio Defilippi, intitulée : La construction des futurs nécessaires. Une étude des imaginaires sociotechniques français.  Sous la direction de Marta Severo, Professeure en SIC à l’Université Paris Nanterre (Dicen-IDF) et de François-David Sebbah, Professeur en Philosophie à l’Université Paris Nanterre (IRePh) Le jury sera constitué de : Angeliki MONNIER, Professeure des universités, Université de Lorraine, Rapporteuse Pierre CASSOU-NOGUÈS, Professeur des universités, Université Paris 8, Rapporteur Joëlle LE MAREC, Professeur des universités, Muséum National d’Histoire Naturelle, Examinatrice Igor BABOU, Professeur des universités, Université Paris Cité, Examinateur Carsten WILHELM, Maître de conférences, Université Haute Alsace, Examinateur Marta SEVERO, Professeure des universités, Université Paris Nanterre, Co-directrice. François-David SEBBAH, Professeur des universités, Université Paris Nanterre, Co-directeur L’entrée est libre dans la limite des places disponibles. La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes convié.e.s. Si vous souhaitez y assister, merci de m’en informer par mail (), afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions. Résumé de la thèse : Notre époque se caractérise par une inquiétude croissante pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Une série de défis, comme le réchauffement climatique et les transformations technologiques, obligent nos sociétés à développer une réflexion collective autour de leur avenir. Dans le contexte problématique de l’Anthropocène, différents acteurs tentent de prendre en charge ces défis en affirmant des visions du futur qui pourraient influencer les choix sociotechniques. En particulier, plusieurs acteurs évoquent des « futurs nécessaires », en présentant des scénarios spécifiques comme étant incontournables pour garantir un futur désirable à la société. Cette thèse s’intéresse aux imaginaires sociotechniques contemporains, en soulignant leur importance cruciale dans la compréhension et le façonnement des sociétés. Loin d’être de simples constructions abstraites, les imaginaires sociotechniques dictent l’organisation de nos sociétés, contribuant à la formation d’un « horizon de sens » qui guide les choix présents et futurs. Ce travail s’appuie sur les principales théories autour des imaginaires sociotechniques en sciences de l’information et de la communication et en philosophie pour analyser les discours d’une série d’acteurs français impliqués dans la « bataille des imaginaires » en cours. Il s’intéresse notamment aux allocutions présidentielles d’Emmanuel Macron, à la production textuelle d’une série de think tanks français et aux discours des mouvements écologistes français. L’objectif de ce travail est de comprendre comment ces discours participent à la construction d’impératifs sociotechniques conflictuels.
    • Séminaire Dicen « Data · Document · Médiation » 10 mai 2024 après-midi en co-modalité.
    • Publié le 30 avril 2024 par Gérald Kembellec dans
    • Le séminaire Dicen de la thématique « Data · Document · Médiation » du 10 mai après-midi se tiendra en co-modalité via visio sur Teams (Lien et mot de passe communiqués par mail interne du Dicen) et au Cnam (Accès présentiel : salle 31.2.87, au CNAM, 2 rue Conté, 75003). Thème : La Gouvernance des données Intervenants : Ugo VERDI , Doctorant MICA, ancien ATER au Cnam sur la gouvernance des données en milieu universitaire. Dans le contexte d’une production toujours plus exponentielle des données, la question de leur gouvernance traverse l’ensemble des organisations. Si cette problématique a été principalement étudiée dans un contexte entrepreneurial où une gestion optimale des données sert en priorité des objectifs économiques, elle a moins fait l’objet d’une étude dans un cadre universitaire. Cet article propose ici un modèle de maturité pour permettre aux universités de disposer d’un outil concourant d’une part à identifier et analyser les mécanismes de la gouvernance des données et, d’autre part, à évaluer le niveau d’implication des acteurs et de l’organisation. Bien qu’adapté à un contexte local particulier, à savoir les projets ACT de l’université de Bordeaux, il a pour vocation d’être adaptable à d’autres contextes universitaires. Fatima Zahra ZAKKA, Doctorante DICEN sur l’Open Data au Maroc Cette intervention s’articulera autour de quatre axes relatifs à la gouvernance des données: – Concept et enjeux de la gouvernance des données : définir la gouvernance des données et n enjeux de la mise en place d’une gouvernance des données efficace. – Concept de la gouvernance de l’information : définir la gouvernance de l’information et d’analyser les distinctions avec la gouvernance des données. – Gouvernance des données ouvertes (open data)  : Spécificités et défis. Les particularités de la gouvernance des données ouvertes, en mettant l’accent sur les principes clés – État de la gouvernance des données ouvertes au Maroc : L’état actuel de la gouvernance des données ouvertes au Maroc, en identifiant les initiatives en cours, les bonnes pratiques et les défis à relever. (Sous réserve), Dunia DOS REIS, ancienne étudiante du master MéDAS-CNAM,   Conception du catalogue des données à la SNCF.
    • Séminaire GENIC sur les éthiques et usages des dispositifs sécuritaires de vidéosurveillance algorithmique
    • Publié le 21 mars 2024 par Lucile Desmoulins dans
    • Membre du groupe d’étude et de recherche GENIC (Groupe sur l’Éthique et le Numérique en Information-Communication) de la SFSIC, Lucile Desmoulins est ravi.e de vous inviter au séminaire 2023-2024 autour des enjeux de l’éthique et du numérique. Les séances du séminaire se déroulent en ligne et les présentations sont toujours suivies d’un échange. La séance du mardi 26 mars 16h/18h portera sur les éthiques et usages des dispositifs sécuritaires de vidéosurveillance algorithmique. Les conférenciers invités sont : – Camila Lagos Perez et Mehdi Ghassemi, enseignants-chercheurs à l’Université catholique de Lille, ISTC et animateurs d’un séminaire sur l’éthique et la surveillance au sein d’ETHICS EA7446. – Patrick Cansell, Professeur associé à l’Université Gustave Eiffel, membre associé de DICEN-Idf et consultant spécialiste des doctrines militaires, de l’intelligence économique, de la gestion des risques et des crises. Inscription via le formulaire en ligne : https://educ.sphinxonline.net/surveyserver/s/eqoqf7 Le lien de connexion via zoom sera envoyé aux inscrit.e.s avant la séance. Contacts : Lucile Desmoulins, ; Jean-Claude Domenget, ; Carsten Wilhelm,
    • UNIVCAMP 2024
    • Publié le 18 mars 2024 par Claudia DA RE dans
    • 25 Avril 9h30 – 16h30 Auditorium – Université Gustave Eiffel – Champs sur Marne Passionnés de l’innovation responsable, Vous êtes-vous déjà demandé ce que serait le monde si nous transformions notre façon de penser les entreprises et des lieux pour les rendre plus vertueux ? Nous vous invitons à y réfléchir lors d’UNIVCAMP : un évènement dédié à l’innovation durable dans un contexte d’urbanité. Imaginez-vous plongé dans un univers où chaque coin est une promesse d’innovation, où chaque idée repousse les limites de la créativité et de la responsabilité. UNIVCAMP vous propose une immersion totale dans le futur de la durabilité et de la performance. Des projets audacieux, des idées disruptives et des rencontres inspirantes vous attendent. Mais ce n’est pas tout : nos experts et nos partenaires pionniers dans leur domaine partagent avec vous leur vision et leurs projets, de l’Université Gustave Eiffel à BPI France, en passant par ALTAREA, Keolis, Val d’Europe Agglomération, la ville de Noisy-le-Grand, Boxer Inside Club et le groupe BPCE. Réservez votre place dès maintenant et rejoignez-nous pour une journée où innovation rime avec responsabilité, où les idées prennent forme et où l’avenir se dessine. Rejoignez UNIVCAMP et les partenaires qui nous ont fait confiance. Nous comptons sur votre présence ! L’équipe UNIVCAMP
    • Colloque « Hyper-interprétation et savoirs à l’ère du digital : concepts et méthodes »
    • Publié le 28 février 2024 par Claudia DA RE dans
    • Centre Pompidou – 18 et 19 mars 2024 – Salle Triangle Colloque organisé par Franck Cormerais (MICA) et Armen Khatchatourov (Dicen-IdF) A l’heure du dernier stade de la grammatisation, celui des algorithmes et des données, – après les stades de l’alphabet et de l’imprimerie -, il convient de repenser la hiérarchisation et la circulation du savoir scientifique au regard des « technologies de la connaissance » et de l’analyse du langage. La transformation simultanée des régimes du document et des régimes de vérité implique l’expérimentation de nouvelles formes de recherche relatives aux formes de lecture et d’écriture. En proposant le concept d’hyper-interprétation, l’objectif de ce colloque consiste à dégager les perspectives ouvertes par une approche organologique du savoir, basée sur la relation entre dispositifs techniques et formes de réflexivité qui allient les littératies et les numératies. L’hyper-interprétation pose la question de la synthèse de plusieurs instruments de connaissance complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité des chercheurs. Le premier système, dit primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées qui concourent à la construction des heuristiques de la découverte et de l’expérimentation. Le système secondaire développé durant le XXème siècle favorise l’accès aux contenus primaires par le biais de catalogues des bibliothèques, des archives ouvertes de corpus et de bases de données d’enquêtes. Enfin, le troisième système regroupe l’ensemble des données et des hyperdocuments qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur et qui concourent à de nouvelles formes de signifiance. Il peut s’agir de graphes, de cartes, de réseaux, d’algorithmes de clusterisation ou de classification, de modèles de langages qui sont soumis à un traitement qualitatif ou quantitatif par le biais d’outillages dédiés. L’hyper-interprétation renouvelle les conditions du travail interprétatif à travers le triptyque (traces, empreintes, langages) et superpose plusieurs systèmes documentaires qui traduisent l’évolution de l’action de la recherche dans toutes les disciplines en redistribuant les formes du dicible et du visible dans la perspective des Etudes Digitales. Après le concept de Digital Humanities, où les sciences de l’homme et de la société rencontrent les technologies, les Digital Studies, qui concernent toutes les formes de savoir, est une épistémogenèse des savoirs à l’heure des collectifs de connaissances ouvertes (open science). L’hyper-interprétation repose la question de la configuration des savoirs comprise, non pas comme des traitements de données, mais plutôt comme le renouveau d’une culture de l’argumentation et de la délibération mettant en jeu, autour des textes et des corpus, un dialogue interscience qui couple compréhension et explication pour aborder un « faire sens ».                                       PROGRAMME – 18 et 19 mars 2024                                    Centre Pompidou, Salle Triangle Lundi matin 9H-9h30  Accueil (café et viennoiseries) 9H30-9H45  Présentation des journées 9H45-10H15  Du sémanthème au Web herméneutique : vers une nouvelle écologie de l’industrie documentaire ?. Vincent Puig, Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou 10H15-10H45 Machines à interpréter, écriture numérique et capitalisme. Éric Guichard, ENSSIB, Laboratoire Triangle ENS-Lyon – CNRS Pause 15’ 11h-11H30 Études digitales, hyper-interprétation et (trans)-formation des savoirs. Franck Cormerais, Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire MICA 11H30-12H00  Pour une compréhension ou […]
    • Colloque « Hyper-interprétation et savoirs à l’ère du digital : concepts et méthodes »
    • Publié le 28 février 2024 par Claudia DA RE dans
    • Colloque organisé par Franck Cormerais (MICA) et Armen Khatchatourov (DICEN-IdF) A l’heure du dernier stade de la grammatisation, celui des algorithmes et des données, – après les stades de l’alphabet et de l’imprimerie -, il convient de repenser la hiérarchisation et la circulation du savoir scientifique au regard des « technologies de la connaissance » et de l’analyse du langage. La transformation simultanée des régimes du document et des régimes de vérité implique l’expérimentation de nouvelles formes de recherche relatives aux formes de lecture et d’écriture. En proposant le concept d’hyper-interprétation, l’objectif de ce colloque consiste à dégager les perspectives ouvertes par une approche organologique du savoir, basée sur la relation entre dispositifs techniques et formes de réflexivité qui allient les littératies et les numératies. L’hyper-interprétation pose la question de la synthèse de plusieurs instruments de connaissance complémentaires qui sont nécessaires à l’évolution de l’activité des chercheurs. Le premier système, dit primaire, regroupe l’ensemble des publications scientifiques éditées qui concourent à la construction des heuristiques de la découverte et de l’expérimentation. Le système secondaire développé durant le XXème siècle favorise l’accès aux contenus primaires par le biais de catalogues des bibliothèques, des archives ouvertes de corpus et de bases de données d’enquêtes. Enfin, le troisième système regroupe l’ensemble des données et des hyperdocuments qui font l’objet d’un traitement spécifique de la part du chercheur et qui concourent à de nouvelles formes de signifiance. Il peut s’agir de graphes, de cartes, de réseaux, d’algorithmes de clusterisation ou de classification, de modèles de langages qui sont soumis à un traitement qualitatif ou quantitatif par le biais d’outillages dédiés. L’hyper-interprétation renouvelle les conditions du travail interprétatif à travers le triptyque (traces, empreintes, langages) et superpose plusieurs systèmes documentaires qui traduisent l’évolution de l’action de la recherche dans toutes les disciplines en redistribuant les formes du dicible et du visible dans la perspective des Etudes Digitales. Après le concept de Digital Humanities, où les sciences de l’homme et de la société rencontrent les technologies, les Digital Studies, qui concernent toutes les formes de savoir, est une épistémogenèse des savoirs à l’heure des collectifs de connaissances ouvertes (open science). L’hyper-interprétation repose la question de la configuration des savoirs comprise, non pas comme des traitements de données, mais plutôt comme le renouveau d’une culture de l’argumentation et de la délibération mettant en jeu, autour des textes et des corpus, un dialogue interscience qui couple compréhension et explication pour aborder un « faire sens ». PROGRAMME – 18 et 19 mars 2024  – Centre Pompidou, Salle Triangle Lundi matin 9H-9h30  Accueil (café et viennoiseries) 9H30-9H45  Présentation des journées 9H45-10H15  Du sémanthème au Web herméneutique : vers une nouvelle écologie de l’industrie documentaire ?. Vincent Puig, Institut de Recherche et d’Innovation, Centre Pompidou 10H15-10H45 Machines à interpréter, écriture numérique et capitalisme. Éric Guichard, ENSSIB, Laboratoire Triangle ENS-Lyon – CNRS Pause 15’ 11h-11H30 Études digitales, hyper-interprétation et (trans)-formation des savoirs. Franck Cormerais, Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire MICA 11H30-12H00  Pour une compréhension ou une interprétation écologique de l’information. Anne Lefebvre, ENS Paris-Saclay.fr, Centre de recherche […]
    • Séminaire traces et militantisme
    • Publié le 24 janvier 2024 par Marta Severo dans
    • Nous avons le plaisir de vous inviter au séminaire du thème Trace autour de  «  Traces et militantisme » qui se tiendra le 16 février à partir de 13h45 à l’Université Paris Nanterre (Batiment Max Weber – Amphi au rdc).
    • Séminaire traces et militantisme
    • Publié le 24 janvier 2024 par Marta Severo dans
    • Nous avons le plaisir de vous inviter au séminaire du thème Trace autour de  «  Traces et militantisme » qui se tiendra le 16 février à partir de 13h45 à l’Université Paris Nanterre (Batiment Max Weber - Amphi au rdc).
    • Soutenance de thèse de Pierre Fournié le 29 janvier 2024 à 14h30
    • Publié le 24 janvier 2024 par Claudia DA RE dans
    • Intitulée « L’Indonésie à la croisée des chemins: Quelle place pour l’archipel dans le monde du XXIème siècle ? L’Intelligence Compétitive au service de la Prospective », la thèse de Pierre Fournié sera soutenue lundi 29 janvier 2024 à 14h30, à l’IFIS-Université Gustave Eiffel, en salle 120 (1er étage), 6-8 Cours du Danube, 77700 Serris (RER A Val d’Europe). Elle pourra être suivie aussi via zoom. Le jury sera composé de Éric BOUTIN, Professeur des Universités et ancien Président de l’Université de Toulon, Rapporteur Nicolas MOINET, Professeur des Universités, IAE de Poitiers, Rapporteur Mme Nathalie FABRY, Professeur des Universités, Université Gustave Eiffel, Examinatrice Henri DOU, Professeur des Universités (Ret), Université de Marseille-Aix III, Examinateur Mme Marcela GANEA, Directrice Belt and Road Initiative Research Lab, Ancien professeur Université de Bucarest, Examinatrice Christian BOURRET, Professeur des Universités, Université Gustave Eiffel, Directeur de thèse ainsi que des personnalités suivantes : M.Philippe CLERC, Président de l’Académie de l’Intelligence Économique, Rapporteur général du rapport « Intelligence Économique et Stratégie des Entreprises » dit Rapport Martre, Jury Alain JUILLET, Président d’honneur de l’Académie de l’Intelligence Économique, Premier Haut Responsable à l’Intelligence Économique auprès du Premier Ministre, Jury Mme Myriam HABIL, Conseillère de Coopération et d’Action Culturelle (COCAC), Ambassade de France au Togo, Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, Jury Résumé: La présente thèse de doctorat ambitionne de proposer un modèle d’analyse pays, basé sur l’Intelligence Compétitive, nous devrions plutôt dire « l’Intelligence Globale » à des fins de Prospective. Ce modèle sera testé sur un pays réputé pour sa complexité, soumis à de nombreuses influences et objet de toutes les convoitises : l’Indonésie. Son caractère archipélagique, sa position géographique aux confluences de la Mer de Chine du Sud, du Pacifique et de l’Indien, sa composition ethnique et religieuse, sa démographie, ses richesses terrestres et maritimes font de ce jeune pays un enjeu stratégique majeur, un « cavalier » à prendre dans l’affrontement moucheté que se livrent Chine et États-Unis pour le leadership mondial. L’Indonésie a, depuis la présidence Yudhoyono (2004-2014), affirmé son indépendance au travers de la doctrine diplomatique de « l’équilibre dynamique », le président allant jusqu’à définir l’archipel comme un pays avec « a million friends and zero enemy ». Mais cette position sera-t-elle longtemps tenable ? À l’heure où Jakarta se rapproche ostensiblement des BRICS, penser que l’adhésion passée au bloc anticommuniste asiatique sera suffisante pour faire basculer l’archipel dans le camp occidental, pourrait se révéler être une hypothèse plus qu’hasardeuse. Le choix des alliés de demain ne peut se faire sur de faux semblants ou les impressions du jour. Il requiert une analyse rigoureuse, transversale et prospective. Connaître le passé, comprendre le présent pour esquisser ce que peuvent devenir nos demains, après demains et surlendemains : telle est notre « philosophie ». Cette démarche nous amène à plonger dans l’inconnu, à faire appel à la mémoire sociétale, à nos capacités déductives comme à maîtriser notre intelligence émotionnelle. Elle nous contraint à nous immerger dans des dimensions culturelles, des histoires, des échelles de valeurs qui […]
    • Soutenance de thèse Naïma AÏDI
    • Publié le 9 janvier 2024 par Claudia DA RE dans
    • Intitulée Vers un dispositif d’intelligence territoriale pour élucider la signification de la smart destination dans des territoires touristiques en mutation, la thèse de doctorat de Naïma Aïdi sera soutenue le mercredi 10 janvier à 14 heures, à l’IFIS-Université Gustave Eiffel, en salle 120, à l’adresse suivante : Bâtiment Erasme, 6-8 Cours du Danube, 77700 Serris (RER A Val d’Europe). Composition du jury : – Claudine BATAZZI, Professeure des universités, Université Côte d’Azur (rapporteure) – Yann BERTACCHINI, Maître de conférences émérite HDR, Université de Toulon (rapporteur) – Christian BOURRET, Professeur des universités, Université Gustave Eiffel (examinateur) – Jean-Michel CHAPUIS, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (examinateur) – Nathalie FABRY, Professeure des universités, Université Gustave Eiffel (directrice de thèse) *** Mots-clés : smart destination, smart tourisme, intelligence territoriale, innovation, dispositif, tourisme, territoires *** Résumé : Le tourisme contemporain se situe au cœur d’une période de transitions et de mutations qui est principalement soutenue par deux éléments : la technologie et le développement durable. La croissance des mobilités touristiques, l’incorporation des technologies de l’information et de la communication dans tous les interstices de la chaine touristique et les impératifs écologiques obligent les acteurs à repenser la relation entre les territoires touristiques, les pratiques, la technologie et la préservation de l’environnement. En moins d’une décennie, le concept de la smart destination a fait l’objet d’une production prolifique de travaux, notamment dans la littérature internationale, et entend faire usage de la technologie pour développer des territoires touristiques innovants et durables, bénéficiant à la fois aux touristes et aux résidents. Cette thèse de doctorat vise à mieux comprendre la signification d’une smart destination en questionnant sa capacité à répondre aux problématiques d’un territoire touristique qui est traversé par des mutations technologiques, environnementales et sociétales. Pour y parvenir, nous faisons le choix d’aborder le concept de la smart destination par une approche de l’intelligence territoriale, en proposant un cadre d’analyse structuré à partir des notions d’écosystème, de résilience et de dispositif. Ce cadre d’analyse se traduit par un dispositif d’intelligence territoriale qui donne la possibilité d’effectuer une analyse multi-échelle de la smart destination, pour mettre en lumière sa complexité et son processus de développement. Notre ancrage disciplinaire en sciences de l’information et de la communication nous permet de nous inscrire dans un cadre pluridisciplinaire en mobilisant la théorie des parties prenantes, la théorie de l’acteur-réseau et la théorie systémique des communications afin de décrire, comprendre et expliquer plus finement le développement d’un projet de smart destination, dans le but d’apprécier sa portée innovante et durable au sein d’un territoire touristique. Au regard du développement international de la smart destination, nos trois études de cas menés à Florianópolis (Brésil), Málaga (Espagne) et Nice (France) nous donnent matière pour démontrer que la smart destination constitue un dispositif socio-techno-touristique qui sert davantage à stimuler l’innovation technologique que l’innovation sociale. *** Key words: smart destination, smart tourism, territorial intelligence, innovation, dispositive, tourism, territories *** Abstract : Contemporary tourism is at the heart of a period of transitions and […]