Archives mai 2022

    • Séminaire « Risques et concepts associés à l’ère de la transformation numérique, sanitaire et écologique »
    • Publié le 31 mai 2022 par Claudia DA RE dans
    • Patrick Cansell, ARTEM Formation et Bruno Tricotet, capitaine des sapeurs-pompiers au SDIS77  Cyber et (h)activisme – vers la crise hybride S’il existe de nombreuses définitions de ce qu’est une crise – et nous balayerons certains concepts dominants dans le monde des entreprises et des institutions – il importe de prendre la mesure des ruptures à l’œuvre dans le mode opératoire des organisations activistes. Il s’agit non seulement de dénoncer un acteur au comportement jugé inapproprié de leur point de vue, mais aussi désormais de déstabiliser ledit acteur dans le cadre de manœuvres ambitieuses et foudroyantes. Nous étudierons dans un premier temps des cas « traditionnels » et « asymétriques », tel que Greenpeace vs Mattel, qui déploie en juin 2011 une stratégie habile d’encerclement d’une cible « molle », prisonnière de la nature de son activité (les jouets) et de son corollaire, les clients de sa marque (les enfants). De tels cas servent souvent de référence en matière de crise réputationnelle orchestrée par des mouvements activistes. Nous comparerons ces pratiques de référence avec l’évolution des modes opératoires observables depuis quelques années, qui évoluent selon deux axes principaux : radicalisation et hybridation. Contrairement à la stratégie habituelle d’encerclement, les dimensions de l’action (terrain, médias traditionnels, réseaux sociaux) s’interpénètrent désormais dans un « art opératif » nouveau. Qui plus est, la dimension cyber (popularisée sous le terme d’ « hacktivisme ») n’intervient plus comme un type d’action à part entière, autonome voire complémentaire à d’autres actions, mais comme l’une des fonctions clefs de cet action hybride : atteinte aux activités, saturation des systèmes, renseignement et vol de données sensibles… Cette hybridation génère une inversion du rapport de force. L’objectif de cette présentation sera de dresser un modèle des risques générés par ce mode opératoire hybride, particulièrement versatile, qui ne vise plus un objectif tactique (obtenir un changement de posture sur un sujet donné, par exemple) mais un objectif plus profond, « politico-stratégique », ce qui remet de facto en question la capacité des organisations à encaisser ces chocs. Le séminaire se tiendra en visio sur zoom. Le lien sera envoyé aux personnes inscrites peu avant le séminaire. L’inscription est obligatoire. Je vous remercie de bien vouloir indiquer votre nom et adresse mail au moment de l’inscription pour pouvoir recevoir le lien zoom : https://framadate.org/81zA1pJZAAGkPFPW
    • Séminaire « Risques et concepts associés à l’ère de la transformation numérique, sanitaire et écologique »
    • Publié le 18 mai 2022 par Claudia DA RE dans
    • Séance du mardi 31 mai 2022, 14h00 – 16h00 sur zoom. Patrick Cansell, ARTEM Formation et Bruno Tricotet, capitaine des sapeurs-pompiers au SDIS77  Cyber et (h)activisme – vers la crise hybride S’il existe de nombreuses définitions de ce qu’est une crise – et nous balayerons certains concepts dominants dans le monde des entreprises et des institutions – il importe de prendre la mesure des ruptures à l’œuvre dans le mode opératoire des organisations activistes. Il s’agit non seulement de dénoncer un acteur au comportement jugé inapproprié de leur point de vue, mais aussi désormais de déstabiliser ledit acteur dans le cadre de manœuvres ambitieuses et foudroyantes. Nous étudierons dans un premier temps des cas « traditionnels » et « asymétriques », tel que Greenpeace vs Mattel, qui déploie en juin 2011 une stratégie habile d’encerclement d’une cible « molle », prisonnière de la nature de son activité (les jouets) et de son corollaire, les clients de sa marque (les enfants). De tels cas servent souvent de référence en matière de crise réputationnelle orchestrée par des mouvements activistes. Nous comparerons ces pratiques de référence avec l’évolution des modes opératoires observables depuis quelques années, qui évoluent selon deux axes principaux : radicalisation et hybridation. Contrairement à la stratégie habituelle d’encerclement, les dimensions de l’action (terrain, médias traditionnels, réseaux sociaux) s’interpénètrent désormais dans un « art opératif » nouveau. Qui plus est, la dimension cyber (popularisée sous le terme d’ « hacktivisme ») n’intervient plus comme un type d’action à part entière, autonome voire complémentaire à d’autres actions, mais comme l’une des fonctions clefs de cet action hybride : atteinte aux activités, saturation des systèmes, renseignement et vol de données sensibles… Cette hybridation génère une inversion du rapport de force. L’objectif de cette présentation sera de dresser un modèle des risques générés par ce mode opératoire hybride, particulièrement versatile, qui ne vise plus un objectif tactique (obtenir un changement de posture sur un sujet donné, par exemple) mais un objectif plus profond, « politico-stratégique », ce qui remet de facto en question la capacité des organisations à encaisser ces chocs. Le séminaire se tiendra en visio sur zoom. Le lien sera envoyé aux personnes inscrites peu avant le séminaire. L’inscription est obligatoire. Je vous remercie de bien vouloir indiquer votre nom et adresse mail au moment de l’inscription pour pouvoir recevoir le lien zoom : https://framadate.org/81zA1pJZAAGkPFPW
    • 8e conférence Document numérique et Société
    • Publié le 10 mai 2022 par Annaïg Mahé dans
    • La 8e conférence Document numérique et Société : « Communication scientifique et science ouverte : opportunités, tensions et paradoxes » se tiendra les 23 et 24 juin 2022 à Liège (Belgique). Programme prévisionnel : https://docsoc2022.sciencesconf.org/resource/page/id/6 Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 5 juin : https://forms.gle/MbeSXBHH3TGbAwty7 Informations pour le séjour à Liège : https://docsoc2022.sciencesconf.org/resource/page/id/3