Archives du mot-clé gouvernance

Pouvoir d’agir – Séminaire doctoral ED139

Séminaire transdisciplinaire de l’École doctorale ED139 de Paris Nanterre

Séance organisée par le laboratoire Dicen-IDF

Pouvoir d’agir : Rencontre avec Jacques-François Marchandise

Cofondateur, directeur de la recherche et de la prospective de la Fing et délégué général depuis le 1er janvier 2017.

Focalisant sur la question du pouvoir d’agir, Jacques-François Marchandise présentera la Fing sous l’angle de son postulat « le potentiel transformateur des technologies quand elles sont entre les mains du plus grand nombre ».
À titre d’exemple, il reviendra sur la démarche annuelle, collective et créative, qui convie depuis 2010 décideurs, chercheurs et innovateurs à formuler ensemble les Questions Numériques des années à venir – et à imaginer les manières d’y répondre.
Le cycle de cette année, consacré au ThinkSmall, fournira quelques cas démontrant l’utilité de faire travailler ensemble des chercheurs de différentes disciplines et d’identifier des questions d’acteurs (Etat, collectivités, grandes entreprises, startups, acteurs associatifs, acteurs de l’ESR…).

 

Mardi 25 avril 2017, 14h-16h
Université Paris Nanterre
Bâtiment A, salle A 304
RER A Nanterre université

Ouvert à tous – chercheurs, doctorants, étudiants – sans inscription

IMPORTANT :

Pour les doctorants de Dicen-IDF, ce séminaire peut être validé au titre de la formation doctorale auprès de l’ED 139 de Paris Nanterre ou de l’ED Abbé Grégoire du Cnam (crédits alloués pour toute participation).

Visiter le site de l’ED 139 « Connaissance, langage, modélisation »
Visiter le site de La Fing

Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques

Journée d’étude 7 mars 2016

Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques :  communs de la connaissance, communautés épistémiques et au-delà

logorecolnat

SSHRC-CRSH_FIP

Sur Twitter : #nccpcn

Inscription demandée pour faciliter l’organisation : avant le 28 février 2016 (voir bas de page)

La journée aura lieu en salle 21.2.23 (Veuillez noter le changement par rapport à la salle initialement annoncée)

Texte de cadrage

Nous souhaitons réunir des chercheurs proposant des approches complémentaires pour saisir les enjeux des situations où des collectifs d’acteurs coproduisent et constituent des corpus numériques élaborés à des fins de conservation et de valorisation patrimoniale ou de production de connaissances scientifiques. Qu’il s’agisse de bases de données, bases bibliographiques, collections numériques ou corpus annotés, ces ensembles sont le plus souvent issus de la numérisation de documents (documents d’archive, collections patrimoniales de bibliothèques, d’archives ou de musées). La constitution de ces corpus numériques requiert la coopération et la collaboration de différents acteurs issus d’institutions culturelles et des milieux de la recherche, mais aussi parfois la contribution directe d’internautes par l’intermédiaire de plateformes numériques, qui médiatisent des pratiques de partage d’information (Proulx, Garcia, Heaton, p. 2) dont il s’agira de questionner les spécificités. Nous souhaitons fédérer des réflexions caractérisant ces pratiques individuelles et collectives mobilisées autour de la constitution et de l’exploitation de ces nouveaux dispositifs de médiation de l’information scientifique et du patrimoine numérisé. Pensons, par exemple, aux plateformes de crowdsourcing orientées vers des projets patrimoniaux (Ridge, 2014) ou académiques (Dunn et Hedges, 2014). Ces travaux participent à la compréhension de l’émergence de nouveaux publics des institutions culturelles et de nouveaux processus de patrimonialisation ; ils participent aussi à la compréhension des collectifs impliqués dans la production des savoirs mobilisant des corpus librement partagés (en science de la nature, histoire, généalogie).
Les réflexions issues de différentes disciplines – notamment : sociologie et histoire des sciences et des techniques, anthropologie, sciences de l’information et de la communication – pourront nous aider à questionner les enjeux et les pratiques de ces nouveaux collectifs à partir de différentes problématiques, en particulier : en quoi les pratiques de ces collectifs peuvent-elles constituer de nouveaux « communs de la connaissance »? Conduisent-elles à la production de nouvelles interprétations des documents et corpus numérisés ? Nous serons attentifs notamment aux thématiques suivantes : les rapports de pouvoir et de savoir entre acteurs impliqués dans la co-construction de corpus ; la spécificité des pratiques documentaires qu’ils mobilisent ; les relations de ces collectifs aux communautés, organisations et réseaux épistémiques déjà existants ; les formes des mobilisations et des dispositifs utilisés pour constituer les corpus ; ou encore, les formes d’appropriation et d’interprétation des documents par les différents publics qui les utilisent, tout au long de la constitution des corpus et aussi, une fois qu’ils sont stabilisés.

Programme

9h30 Accueil
9h45 Introduction


10h-11h10 Première session
Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques : communs de la connaissance, communautés épistémiques et au-delà
Discutante : Florence Millerand (UQAM, LabCMO)
– Serge Proulx (Professeur associé Télécom ParisTech, Professeur UQAM, LabCMO)
« Éléments de définition de la catégorie « communautés épistémiques ». Pour penser les rapports incertains entre science, politique et société »
Résumé-1
– Manuel Zacklad (Professeur, CNAM, DICEN-IDF)
« Les transformations de l’accès aux services dans l’économie numérique et collaborative : application à la médiation des savoirs »

11h30-12h45 Deuxième session
La contribution des amateurs à la production de données sur la biodiversité : exemples canadien et français de communautés épistémiques naturalistes
Discutant : Manuel Zacklad (DICEN-IDF, CNAM)
– Florence Millerand (Professeure UQAM, LabCMO) et Lorna Heaton (Professeure UQAM, LabCMO)
« Les figures de l’amateur en sciences de la nature »
Résumé-3
– Lisa Chupin (Doctorante ATER, CNAM, DICEN-IDF)
« Mettre en visibilité les recherches des collectifs de documentarisation des herbiers numérisés pour fédérer la reconstitution des réseaux documentaires des collections »
Résumé-4

14h15-16h Troisième session
Mobiliser amateurs et chercheurs dans une démarche participative : enjeux pour les professionnels et les organisations à l’origine des projets participatifs d’étude de la biodiversité. Table Ronde
Discutants : Lisa Chupin, Serge Proulx
– Daniel Mathieu (Président fondateur de Tela Botanica)
– Gwenaël Le Bras (MNHN)
– Grégoire Loïs (MNHN, CESCO, Directeur de Vigie-Nature )
– Frédérique Chlous (Professeure MNHN, Paloc)

16h15-17h15 Quatrième session
Enjeux de la co-production de corpus numériques pour la médiation du patrimoine
Discutante : Claire Scopsi (Maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, CNAM, INTD, DICEN-IDF)
– Valérie Beaudouin (Directrice d’études, Télécom ParisTech)
« Reconstruire la mémoire : le travail d’assemblage et de montage de sources documentaires par un collectif de spécialistes de la Grande Guerre »

  • Des spécialistes de la Grande Guerre, à la croisée entre la recherche généalogique et historique, là où l’histoire individuelle rencontre « l’Histoire avec sa grande hache », croisent les sources pour reconstruire la mémoire de la guerre, celle des hommes et des lieux. Leur travail s’appuie sur le réseau des participants qui partagent savoir et documents, sur la connaissance accumulée et sédimentée dans les espaces numériques (forum et sites) et sur les documents d’archives numérisés pour produire de nouveaux documents qui reposent sur l’assemblage et le montage de sources documentaires hétérogènes(textes, images, cartes…) à la fois privées et patrimoniales.
    Cette recherche a été menée dans le cadre du projet : « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », projet de recherche conduit par la BnF, la BDIC et Télécom ParisTech dans le cadre du Labex Les Passés dans le présent, Investissements d’avenir, réf. ANR-11-LABX-0026-01.
  • – Joëlle Le Marec (Professeure CELSA, GRIPIC)
    « Le pari du partage ? La séparation des espaces culturels dans le cas du programme « Spectacle en ligne(s) » »

  • L’intervention portera sur la confrontation entre des pratiques qui appellent des partages de savoirs intensifs, et des pratiques qui redoutent l’injonction à « produire », observées à partir d’une enquête menée auprès d’amateurs d’opéra et de théâtre dans le cadre d’un programme de numérisation de corpus de répétition de spectacles vivants, coordonné par l’IRI. Joëlle Le Marec abordera dans cette intervention le cadre général du programme grâce auquel a été constituée une archive des répétitions d’une pièce de théâtre et d’un opéra. Elle détaillera les réactions d’amateurs de théâtre et d’opéra au contact du projet, et le lien qui est apparu entre des projets d’usage et des espaces de pratiques.
  • 17h15-17h30 Conclusion

    Pistes bibliographiques

    Dunn, Stuart et Hedges, Mark (2014), « How the Crowd Can Surprise Us : Humanities Crowdsourcing and the Creation of Knowledge », in Ridge, Mia (dir.) Crowdsourcing our Cultural Heritage, Surrey, Ashgate, p. 231-247.
    Heaton, Lorna et Millerand, Florence (2013), « La mise en base de données de matériaux de recherche en botanique et en écologie », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 7, n° 4, p. 885-913.
    Heaton, Lorna et Proulx, Serge (2012), « La construction locale d’une base transnationale de données en botanique », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 6, n° 1, p. 141-162.
    Hess, Charlotte et Ostrom, Elinor (eds), Understanding knowledge as a commons, MIT Press, 2007.
    Le Crosnier, Hervé (2011), « Les communs de la connaissance : un autre regard sur l’information », Documentaliste-Sciences de l’Information, vol. 48, p. 48-59.
    Le Marec, Joëlle (2007), Publics et musées, la confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan.
    Millerand, Florence (2012), « La science en réseau. Les gestionnaires d’information « invisibles » dans la production d’une base de données scientifiques », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 6, n° 1, p. 163-190.
    Paré, Daniel J., Millerand, Florence, Heaton, Lorna (2014), “Bridging Communication and Science and Technology Studies”, Canadian Journal of Communication, vol 39, n°4.
    Proulx, Serge, Garcia, J.-L, et Heaton Lorna (dir.), La contribution en ligne : Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014.
    Ridge, Mia (dir.) (2014), Crowdsourcing our Cultural Heritage, Surrey, Ashgate.
    Saou-Dufrêne, Bernadette (dir.) (2014), Heritage and digital humanities : how should training practices evolve ? Zürich, Berlin : LIT Verlag.
    Wiggins A. et Crowston K. (2011), « From Conservation to Crowdsourcing: A Typology of Citizen Science. », 44e Hawaii International Conference on System.
    Zacklad, Manuel et Chupin, Lisa (2015), « Le crowdsourcing scientifique et patrimonial à la croisée de modèles de coordination et de coopération hétérogènes : le cas des herbiers numérisés », Revue canadienne des sciences de l’information et de bibliothéconomie, n°39, p. 308-328.


    Organisation et financement

    Cette journée, à l’initiative de Serge Proulx, Florence Millerand, Lorna Heaton (LabCMO, UQAM), Manuel Zacklad et Lisa Chupin (DICEN-IDF, Le CNAM), responsable de l’organisation, bénéficie du financement de l’Infrastructure Nationale en Biologie et Santé e-ReColNat (ANR-11-INBS-0004) et d’une subvention du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada.


    Accès à la salle 21.2.23

    Entrée CNAM : 292 rue Saint Martin, puis accès 21 :

    Plan d'accès au Cnam

    Plan d’accès au Cnam


    Inscription

    Pour faciliter l’organisation, merci de bien vouloir nous indiquer votre présence par mail à l’une des deux adresses suivantes (sans espace) avant le 28 février 2016 :
    dicen . erecolnat @ gmail . com
    lisa . chupin @ cnam.fr

     

    Nouveaux Espaces de travail – Ville Numérique – Open Data : UNIVCAMP édition 2015


    UNICAMP édition 2015 :

    2 jours pour fabriquer
    ensemble la société nouvelle société collaborative


    Professionnels, académiques, chercheurs et étudiants, venez chercher et trouver ensemble, dans un temps limité, des solutions aux questions posées par la nouvelle société collaborative. En s’appuyant sur toutes les compétences en présence, UNIVCAMP permet, en une journée, de transformer les idées en projets jusqu’à la conception de maquettes de produits ou de services en s’appuyant sur toutes les compétences en présence..

    Thèmes de l’édition 2015 :

    Mercredi 15 avril Jeudi 16 avril
    • #Bureau du futur : L’innovation technologique transforme les espaces de travail et les campus universitaires !
    • #Gare 2.0 : Et si votre gare se transformait aussi en lieu de travail, de services et d’échanges !
    • #Télécentres et coworking : de nouveaux espaces dans les territoires, regroupant animations et services innovants?
    • #ville numérique : L’innovation numérique est- elle toujours au service de la ville de demain ?
    • #open data : Quels outils d’aide à la décision pour l’aménagement des territoires à base de données ouvertes.

    Depuis 4 ans, les Masters MIPI (immobilier d’entreprise) et MITIC (technologies de l’information) organisent à l’UNIVersité le barCAMP UNIVCAMP.

    Dans l’édition 2015, avec 5 ateliers collaboratifs UNIVCAMP est l’occasion :

    • D’explorer les nouveaux horizons de la ville de demain,
    • D’exploiter le gisement des open data,
    • D’imaginer les nouveaux espaces et modes de collaboration au travail.

    UNICAMP des Masters Mipi-Mitic offre une expérience intense de la collaboration tout azimut dans un esprit créatif, ouvert et concret.

    MERCI DE VOUS INSCRIRE SUR LE SITE : http://www.univcamp.fr/
    @Univcamp


    En partenariat avec le laboratoire Dicen-idf, le Syntec numérique sur l’Atelier « ville numérique », SNCF Développement, IT77 et la direction immobilière de l’université sur les ateliers concernant les espaces de vie/espaces de travail, la CCI du 77 et le SAN du Val d’Europe pour Open data


    C. Meyer, S. Mercier, I. Fasshauer,  C. Bourret, membres de Dicen-idf

    Livre « Guide de gestion stratégique de l’information pour les PME », Christophe Bisson

    guide-gestion-info-pme-christophe-bissonLes PME sont aujourd’hui les principaux moteurs de l’économie, en France comme dans le monde. Ces acteurs de l’économie évoluent dans un environnement compétitif de plus en plus féroce marqué par le changement permanent comme seule certitude. De plus, ils doivent faire face à la mondialisation avec des moyens limités par rapport aux grandes entreprises. Les PME ont donc besoin d’exceller dans la gestion stratégique de leur information, ce qui constitue l’Intelligence Économique.

    La France gagnerait à séparer la sécurité de l’IE car bien souvent, la sécurité prend le dessus sur l’aide à la décision. De plus, cela entraine des biais de perception. En France, l’IE est à tort fréquemment assimilée à de l’espionnage. C’est la pire erreur qu’on puisse faire (Prescott, 1999), cette assimilation dessert profondément les entreprises, elle incite notamment les entrepreneurs des PME à se détourner de l’IE. La veille est un concept dépassé (Wright, 2012), et le seul moyen d’être compétitif est de développer des outils plus amonts qui permettent de réellement anticiper et de créer une Intelligence Collective.

    Pour découvrir les préfaces de l’ouvrage  => 

    Préfaces

    PrefacesGuide
    Titre: PrefacesGuide (0 clic)
    Légende:
    Nom du fichier: prefacesguide.pdf
    Taille: 36 KB

    Pour le commander  : www.strategic-warnings.fr

    Christophe Bisson est enseignant-chercheur en Intelligence Économique et Système d’Information Stratégique à l’Université de Kadir Has, Istanbul. Il enseigne en MBA à l’Université de Bogazici (première université turque pour les sciences sociales) et est membre associé du laboratoire de recherche DICEN-IDF (Paris).

    Wikipédia : objet scientifique non identifié


    Visualisation de la communauté #wosni sur Twitter par Bluenod

    5 juin 2013  9h-18h

    Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
    20 rue Berbier-du-Mets – 75013 Paris
    Entrée libre sur inscription (capacité limitée à 60 personnes) :">
    lionel.barbe@u-paris10.fr et valerie.schafer@iscc.cnrs.fr

    Projet WEUSC (Wikipédia : évaluation et usages des savoirs collaboratifs)
    porté par Lionel Barbe (MCF, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Dicen-IDF, équipe Tactic)
    Programme financé dans le cadre des Projets Exploratoires en Sciences de la Communication du CNRS

    Cette journée souhaite analyser les rapports que scientifiques et sciences entretiennent avec Wikipédia autour de trois problématiques :

    • la place de l’expertise et celle du chercheur contributeur ou expert dans Wikipédia ;
    • celle de la gouvernance de Wikipédia, de ses régimes d’édition, de ses enjeux de neutralité, de ses sources ;
    • celle enfin de Wikipédia comme objet de recherche, de corpus ou terrain d’analyse.

    Les sciences dans Wikipédia, Wikipédia dans les sciences… un programme de journée “librement distribuable que tout le monde peut améliorer”… le jour même en contribuant directement aux discussions et via Twitter (mot-dièse #Wosni).

    Antonio Casilli  Dominique Cardon
    Antonio Casilli et Dominique Cardon – Photo Louise Merzeau CC BY-NC-SA

    Programme

    Matinée

    • 9h00 > 9h15 : Lionel Barbe (MCF en SIC, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dicen-IDF – Tactic) : Introduction de la journée
    • 9h15 > 9h35 : Antonio Antonio Casilli (MCF Télécom ParisTech – chercheur Centre Edgar-Morin EHESS) : Le chercheur, le wikipédien et le vandale


    Antonio Casilli par Revue-HERMES

    • 9h40 > 10h00 : Evelyne Broudoux (MCF en SIC, Cnam, Dicen-IDF) : Recherches sur Wikipedia : un état de l’art
    • 10h00 > 12h30 : 1re table ronde : Place(s) et statut(s) des experts
      Modération : Louise Merzeau (MCF-HDR en SIC, Université Paris Ouest, Dicen-IDF – Tactic)
      Avec :

    –     Jean-Lou Justine (Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle) : Wikipédia, Wikimédia, Wikispecies et la parasitologie : le témoignage d’un chercheur « expert », mais débutant dans Wikipédia ;

    –     Régine Fabri (Chef de travaux, gestionnaire de la bibliothèque du Jardin botanique national de Belgique) : Chercheur en botanique, contributeur et utilisateur de Wikipédia, un défi à relever;

    Pause

    –     Alexandre Moatti (Ingénieur en chef des Mines, chercheur associé à Paris-VII) : Les postures d’opposition à Wikipédia en milieu intellectuel et culturel ;

    –     Carol Ann O’haré (Chargée de la mission recherche et enseignement, Wikimedia France) : La place des chercheurs et des experts dans Wikipédia ;

    –     Gilles Sahut (PRCE documentation, IUFM Midi-Pyrénées, Université de Toulouse 2, Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales) : Les étudiants face aux incertitudes de l’édition collaborative : enquête sur les opinions et connaissances informationnelles à propos de Wikipédia.

    Discussion

    • 12h30 > 14h00 : Pause déjeuner


    Carol Ann O’haré, Pierre Carl Langlais – Photo Louise Merzeau CC BY-NC-SA

    Après-midi 

    Animation : Mélanie Dulong de Rosnay (Chargée de recherche, ISCC)

    • 14h15>14h45 : La gouvernance de Wikipédia, par Dominique Cardon (Directeur de recherche, Orange Labs)


    Dominique Cardon par Revue-HERMES

    • 14h45>16h00 : 2e table ronde : Gouvernance de Wikipédia
      Modération : Valérie Schafer (Chargée de recherche, ISCC)
      Avec :

    –     Pierre Carl Langlais (Doctorant en science de l’information et de la communication attaché au GRIPIC, Paris-IV) : {{Référence nécessaire}} – genèse d’une norme wikipédienne (2003-2009), par ;

    –     Pierre Willaime (Doctorant, laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie Archives Henri Poincaré, UMR 7117 CNRS / Université de Lorraine) : Quelle expertise pour Wikipédia ? ;

    –     Alexandre Hocquet (Professeur, Université de Lorraine) :Wikipédia en tant que forum : une analyse ethnographique de la production d’articles.

    Discussion

    Pause


    Robert Viseur, Ilhem Allagui, Celine Poudat – Photo Louise Merzeau CC BY-NC-SA

    • 16h15>17h45 : 3e table ronde : Corpus et terrains
      Modération : Camille Paloque-Berges (Chercheuse, Dicen, Cnam)
      Avec :

    –     Célilne Poudat (Maître de conférences, Université Paris XIII, laboratoire LDI) : Wikipédia comme corpus. Présentation des travaux du groupe NouvCom et du projet CoMeRe de l’IR Corpus écrits ;

    –     Ilhem Allagui (Professeure- Université Américaine de Sharjah- Emirats Arabes Unis) : Wikipedia Arabe: Cartographie, Enjeux et Perspective ;

    –     Robert Viseur, (Ingénieur de recherche Senior CETIC, Charleroi, Assistant, Faculté Polytechnique UMONS) : Collecter des données sur Wikipédia: application à la création d’une base de données biographiques.

    Discussion

    • 17h45>18h00 : Lionel Barbe : Conclusion de la journée

    Comité scientifique :

    • Lionel Barbe (Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dicen-IDF, Tactic)
    • Evelyne Broudoux (Maître de conférences, Cnam, Dicen-IDF,)
    • Dominique Cardon (Directeur de recherche, Orange Labs)
    • Régine Fabri (Chercheuse, National Botanic Garden of Belgium)
    • Hervé Le Crosnier (Maître de conférences HDR, Université de Caen, ISCC)
    • Mélanie Dulong de Rosnay (Chargée de recherche, ISCC)
    • Alain Lelu (Professeur, Université de Franche Comté, ISCC)
    • Louise Merzeau (Maître de conférences HDR, Université Paris Ouest Nanterre La Défense Dicen-IDF, Tactic)
    • Camille Paloque-Berges (Chercheuse, Cnam, Dicen-IDF)
    • Jacques Perriault (Professeur émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dicen-IDF, Tactic – ISCC)
    • Valérie Schafer (Chargée de recherche, ISCC)

    Télécharger le programme en pdf

    Texte de l’appel à communication