Chargement Événements

« Journée d’Etude PraTIC » De l’imprimé à l’écran : l’édition en mutation numérique

12 février 2015 @ 9 h 00 min - 17 h 00 min
Gobelins, l’école de l’image
,
73 boulevard Saint Marcel (salle 318), 75013 Paris
Paris, 7 France
+ Google Map

Logo 2 GOBELINS                                                             Logo PraTIC

Depuis 2008, les journées d’étude PraTIC (Pratiques des Technologies de l’Information et de la Communication) questionnent les dispositifs numériques et interactifs, tout en suivant leurs évolutions de fond. Leur originalité est de croiser les regards des acteurs issus de l’entreprise, de l’industrie, de la formation professionnelle, de l’université, de l’art et du design. Ils présentent leurs retours d’expériences, analyses et visions, afin de stimuler le débat et dresser des perspectives autour d’une thématique de pointe. Elles sont organisées par GOBELINS, l’école de l’image (CCI Paris Île-de-France), adossée au Laboratoire DICEN-IDF (Dispositif d’Information et de Communication à l’Ère Numérique d’Île-De-France) et avec le soutien de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines).

Notre civilisation de l’écrit, profondément transformée il y a plusieurs siècles par la révolution de l’imprimerie, subit une lame de fond que l’expression de « mutation numérique » résume à elle seule. Cette journée d’étude au cœur des enjeux et spécialités de GOBELINS, l’école de l’image, tentera de saisir les évolutions récentes et structurelles à travers plusieurs cas concrets.

INSCRIPTION : http://ccir.efm.me/itw/answer/m8TOkIEKqKHpvzxZznL4Tg

— MATIN —

9 h 00 – 9 h 15 Accueil
9 h 15 – 9 h 30 Présentation de la problématique

9 h 30 – 10 h 00 Conférence d’ouverture
Les trois écritures : langue, nombre, code…
D’une mutation à l’autre
Par Clarisse Herrenschmidt, linguiste, archéologue et anthropologue, spécialiste des civilisations antiques de l’Iran et des régions limitrophes, chercheure au CNRS jusqu’à 2012

À un moment d’apparente accélération, que tirez de l’histoire de l’écriture depuis l’invention des premiers signes notant des nombres puis des mots, vers 3300 avant notre ère en Mésopotamie et en Iran, jusqu’à Internet, en passant par la monnaie frappée ? L’ouvrage Les Trois écritures : langue, nombre, code (Gallimard, 2007) permet de saisir notamment cette troisième phase dans laquelle nous sommes entrés, et mieux comprendre ce qui advient de l’écriture avec l’informatique.

10 h 00 – 10 h 30
Enjeux du prototypage et de l’industrialisation numérique d’une filière : le point de vue de l’éditeur
Par Benjamin Goldenstein, responsable de projets numériques, Éditions Belin

L’éditeur, au cœur d’une filière en plein bouleversement. Difficile de consolider ses acquis et d’anticiper, particulièrement dans le domaine de l’éducation, alors que se redéfinissent les « interfaces homme-texte » autrefois entièrement maîtrisées par les maisons d’édition. Comment se négocie la vague de fond de la numérisation de la société, qui invite ces dernières à repenser leurs pratiques éditoriales, leurs modes de production, de diffusion, de commercialisation ? En tant qu’éditeur scolaire depuis 1777, à travers son expérience et quelques cas concrets, les éditions Belins partageront leur regard, fruit de projets de R&D engagés depuis 2009 à travers plusieurs partenariats.

10 h 30 – 11 h 00 Pause

11 h 00 – 11 h 30
Littérature jeunesse : du papier au livre numérique enrichi
Par Axelle de Saint, responsable édition numérique, Tralalère, créateur de contenus numériques éducatifs

La littérature jeunesse a toujours été plurielle. Quels sont les enjeux de sa transposition numérique ? Comment enrichir le livre numérique jeunesse selon les spécificités d’un genre tout en proposant des modèles déclinables à l’ensemble d’une collection. À travers divers exemples d’adaptation, menés dans le cadre de projets de R&D, nous montrerons que la transposition du livre jeunesse en numérique peut s’inscrire dans des modèles génériques ou spécifiques selon les types d’ouvrages.

11 h 30 – 12 h 00
Les catalogues d’exposition « enrichis » en expérimentation
Par Nolwenn Tréhondart, doctorante en sciences de l’information et de la communication, ATER, laboratoire Paragraphe, Université Paris 8

Pionniers en France dans l’édition de CD-ROM culturels, les musées font aujourd’hui le pari de l’édition numérique. En interne, leurs équipes imaginent, conçoivent et produisent les déclinaisons numériques de leur catalogue papier. De par l’exigence savante liée au contenu et la nécessité de conserver une esthétique graphique et visuelle, ces « beaux-livres » numériques s’essaient à des formes variées : e-catalogues, e-albums synthétiques, dictionnaires d’art animés, applications éducatives, etc. Comment les concepteurs imaginent-ils leurs formes éditoriales ? Voici les premiers résultats de cette enquête exploratoire du projet de recherche Labex Arts-H2H Catalogues d’exposition augmentés de l’université Paris 8.

12 h 00 – 12 h 30
Des outils d’édition numérique : l’exemple d’Indesign, d’Adobe
Par Cyril Ernou, formateur-consultant en édition numérique

Les graphistes « Print » souhaitant évoluer vers l’édition numérique doivent utiliser de nouveaux outils, technologies, et manipuler des médias adaptés aux appareils numériques. De plus, afin d’offrir une bonne expérience utilisateur et utilisabilité de l’interface, la dimension tactile et ergonomique vient s’ajouter au processus de conception. Cette intervention a pour objectif de présenter les médias compatibles, les principaux acteurs du secteur et les différentes étapes d’un flux de travail, à l’heure d’une standardisation croissante, des aspects enseignés à GOBELINS, l’école de l’image.

— APRÈS-MIDI —

14 h 00 – 14 h 30

Lecture numérique : perspectives cognitives
Par Thierry Baccino, professeur de psychologie cognitive des technologies numériques à l’Université de Paris 8 et directeur scientifique du Laboratoire des Usages en Technologie Numériques (EA 4004) à la Cité des Sciences et de l’Industrie

Depuis plus de 5000 ans, nous lisons sur des supports stables (tablette, papyrus, parchemin, papier, etc.) et depuis une trentaine d’années les supports numériques ont modifié cette stabilité. Actuellement, la majorité des informations n’existe que sous forme électronique (ordinateurs, TV, e-books, smartphones, tablettes, etc.). Mais lit-on de la même manière que sur le papier ? La perception visuelle, l’attention, la compréhension et la mémoire sont soumises à rude épreuve par ces différents supports et l’adaptation humaine n’est pas évidente. L’exposé donnera un aperçu des principaux avantages et inconvénients propres à la lecture numérique.

14 h 30 – 15 h 00
L’édition universitaire et scientifique au prisme de l’Open Access et de l’Open Data
Par Ghislaine Chartron, professeur au CNAM, chaire d’ingénierie documentaire, Laboratoire DICEN

La mutation de l’édition universitaire et de recherche est profondément marquée, ces dernières années, par la dimension politique et économique de l’Open Access des publications, orientation inscrite dans le programme Horizon 2020 de la Commission européenne. La diffusion ouverte des données de la recherche vient aussi enrichir la publication scientifique, pour même parfois renforcer la preuve et la capitalisation du résultat scientifique. Il s’agira de mieux saisir les mouvements qui modifient inéluctablement l’enrichissement des publications dans ce domaine et qui affectent les écosystèmes éditoriaux déjà en place.

15 h 00 – 15 h 30
Retour d’expériences : quand le numérique transforme la chaîne de l’édition
Par Nicolas Rodelet, responsable des incubateurs Labo de l’édition et Nouveaux médias à Paris & Co

Depuis trois ans le labo de l’édition accueille des jeunes entreprises innovantes dans le secteur de l’édition. Près de 40 projets de contenus éditoriaux, d’outils ou de plateformes s’y sont succédés. Ces entreprises ont pris le risque de proposer de nouvelles façons d’écrire, de lire, de mettre en scène, de diffuser, de promouvoir le livre, qu’il soit numérique ou toujours papier. Retour sur quelques exemples représentatifs des mutations numériques à l’œuvre dans ce secteur.

15 h 30 – 16 h 00 Pause

16 h 00 – 16 h 30
Le forum de lecteurs : un vivier d’usages innovants pour le livre numérique
Par Eric Sotto, enseignant-chercheur à Novancia Business School Paris, rattaché au laboratoire DICEN-CNAM

À partir de l’analyse qualitative et interactionniste de plusieurs fils de conversation — portant sur le support livre numérique — issus du forum de lecteurs booknode.com, nous suggérons un modèle d’analyse expérimental, aboutissant à la construction d’une offre de nouveaux contenus éditoriaux et de nouveaux usages possibles pour le livre numérique.

16 h 30 – 17 h 00
Bande-dessinée enrichie et narration visuelle : contributions au format ePub
Par Samuel Petit, CEO Actialuna | Sequencity

À partir de l’analyse de 30 ans d’expérimentation numérique et 15 ans de créations narratives et interactives, il est possible d’élaborer des principes de lectures numériques et ergonomiques de la bande-dessinée interactive pour finir de rendre économiquement viable le standard ePub. De la sorte, l’entreprise Actialuna a pu élaborer des projets éditoriaux, comme l’Homme volcan, et développer Sequencity, une application de librairie numérique qui intègre des libraires physiques. Cette intervention proposera une réflexion éditoriale, ainsi qu’une vision du marché et des coûts de production mis en rapport avec le travail de standardisation.

17 h 00 – 17 h 30 Débat et conclusion

Informations pratiques
Jeudi 12 février 2015, de 9 h 00 à 17 h 30
GOBELINS, l’école de l’image (site de Paris)
73 boulevard Saint Marcel (salle 318), 75013 Paris
Inscription gratuite obligatoire (150 places disponibles)