Archives 2015

    • Séminaire interne fin d’année
    • Publié le 28 juin 2016 par Webmaster
    • Cnam, 292 rue Saint Martin Salle principale de réunion : 21.2.32 Salles complémentaires pour réunions d’axes/projets : 21.2.23, 21.2.37 et 21.2.43
    • Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques
    • Publié le 7 mars 2016 par Lisa Chupin dans axe1
    • Journée d’étude 7 mars 2016 Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques :  communs de la connaissance, communautés épistémiques et au-delà Sur Twitter : #nccpcn Inscription demandée pour faciliter l’organisation : avant le 28 février 2016 (voir bas de page) La journée aura lieu en salle 21.2.23 (Veuillez noter le changement par rapport à la salle initialement annoncée) Texte de cadrage Nous souhaitons réunir des chercheurs proposant des approches complémentaires pour saisir les enjeux des situations où des collectifs d’acteurs coproduisent et constituent des corpus numériques élaborés à des fins de conservation et de valorisation patrimoniale ou de production de connaissances scientifiques. Qu’il s’agisse de bases de données, bases bibliographiques, collections numériques ou corpus annotés, ces ensembles sont le plus souvent issus de la numérisation de documents (documents d’archive, collections patrimoniales de bibliothèques, d’archives ou de musées). La constitution de ces corpus numériques requiert la coopération et la collaboration de différents acteurs issus d’institutions culturelles et des milieux de la recherche, mais aussi parfois la contribution directe d’internautes par l’intermédiaire de plateformes numériques, qui médiatisent des pratiques de partage d’information (Proulx, Garcia, Heaton, p. 2) dont il s’agira de questionner les spécificités. Nous souhaitons fédérer des réflexions caractérisant ces pratiques individuelles et collectives mobilisées autour de la constitution et de l’exploitation de ces nouveaux dispositifs de médiation de l’information scientifique et du patrimoine numérisé. Pensons, par exemple, aux plateformes de crowdsourcing orientées vers des projets patrimoniaux (Ridge, 2014) ou académiques (Dunn et Hedges, 2014). Ces travaux participent à la compréhension de l’émergence de nouveaux publics des institutions culturelles et de nouveaux processus de patrimonialisation ; ils participent aussi à la compréhension des collectifs impliqués dans la production des savoirs mobilisant des corpus librement partagés (en science de la nature, histoire, généalogie). Les réflexions issues de différentes disciplines – notamment : sociologie et histoire des sciences et des techniques, anthropologie, sciences de l’information et de la communication – pourront nous aider à questionner les enjeux et les pratiques de ces nouveaux collectifs à partir de différentes problématiques, en particulier : en quoi les pratiques de ces collectifs peuvent-elles constituer de nouveaux « communs de la connaissance »? Conduisent-elles à la production de nouvelles interprétations des documents et corpus numérisés ? Nous serons attentifs notamment aux thématiques suivantes : les rapports de pouvoir et de savoir entre acteurs impliqués dans la co-construction de corpus ; la spécificité des pratiques documentaires qu’ils mobilisent ; les relations de ces collectifs aux communautés, organisations et réseaux épistémiques déjà existants ; les formes des mobilisations et des dispositifs utilisés pour constituer les corpus ; ou encore, les formes d’appropriation et d’interprétation des documents par les différents publics qui les utilisent, tout au long de la constitution des corpus et aussi, une fois qu’ils sont stabilisés. Programme 9h30 Accueil 9h45 Introduction 10h-11h10 Première session Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques : communs de la connaissance, communautés épistémiques et au-delà Discutante : Florence Millerand (UQAM, LabCMO) – Serge Proulx (Professeur associé Télécom ParisTech, Professeur UQAM, LabCMO) « Éléments de définition de la catégorie « communautés épistémiques ». Pour penser […]
    • Séminaire interne – Traces éphémères
    • Publié le 16 février 2016 par Webmaster
    • Séance de séminaire proposée par l’axe 4 (Traçabilité, identités et mémoires numériques) Argumentaire Alors qu’on ne peut plus ne pas laisser de traces, quelles places et quelles fonctions l’environnement numérique accorde-t-il à l’éphémère ? Les revendications d’un droit à l’oubli (désormais entré dans la pratique) et le succès des applications où les contenus échangés sont censés rester éphémères ont attiré l’attention sur une (nouvelle ?) demande de non-traçabilité, qui reste à interroger. Recherche de confidentialité, de tranquillité, de légèreté, écriture mobile, nouvelle littératie numérique ou simplement dernière promesse d’un marché des données qui épouse au plus près l’évolution des usages ? Parallèlement, l’évolution des techniques de numérisation et de captation comme des logiques médiatiques semble réduire chaque jour davantage la distance qui séparait le temps de l’archive de l’éphémère. Quantité d’objets infocommunicationnels destinés à ne pas durer (tracts, tags, fresques, tweets…) sont désormais documentés et agrégés au même titre que des contenus pensés d’emblée comme pérennes. L’archive est alors sommée de s’adapter aux éphémères, jusqu’à  devoir se constiter en temps quasi réel. En quoi les logiques d’archivage et de documentation sont-elles affectées par ces évolutions ? Et que nous apprennent les éphémères dans une culture de la trace numérique ? Telles sont quelques-uns des questions que nous voudrions soulever lors de cette séance, où nous vous proposerons 3 interventions. Programme Louise Merzeau (Dicen-IDF) Tout tracer, même l’éphémère (Introduction) Laurence Allard, Maître de conférences, Sciences de la Communication, IRCAV-Paris 3/Lille 3, sociologue des usages numériques – http://culturesexpressives.fr/doku.php Chasser l’éphémère, une vie sous capture d’écran A travers des corpus de photos et vidéos mobiles (snaps et live) confectionnés à partir d’applications mobiles, nous interrogerons l’offre d’images mobiles dites éphémères ainsi que leurs braconnages qui modèlent notamment chez les jeunes usages une forme de vie socio-numérique que l’on peut décrire  « sous capture d’écran ».  La compréhension de ces jeux avec le temps agencés à travers les narrations made by mobile suppose de défaire le mythe des images éphémères au profit d’une conception de la vie connectée en termes de synchronicité expressive. Valérie Schafer (Docteur en histoire HDR, spécialiste d’histoire des télécommunications et de l’informatique et des questions de patrimonialisation du numérique, pilote du projet ANR Web90) et Zeynep Pehlivan (Ingénieur de recherche à l’Ina), De #jesuischarlie à #offenturen : archivage du patrimoine nativement numérique face aux attentats. Quelles sont les traces numériques laissées par la réactivité aux attentats ? Comment a été envisagé leur processus de captation et d’archivage en temps réel ? Comment documenter ce type de corpus pour la recherche ? Dans un 1er temps,Valérie Schafer présentera ce projet récemment validé par le CNRS, notamment pour le situer dans le contexte européen de la fabrique du patrimoine nativement numérique, confrontée aux disruptions de l’événement. Dans un second temps, après une rapide introduction sur l’archivage du web à l’ina, Zeynep Pehlivan se focalisera sur la collection Twitter de l’InaTHEQUE (spécialement sur les attentats) et sur ses enjeux techniques. Son intervention se terminera par une démonstration de l’interface de consultation des tweets archivés qui […]
    • 4ème séance du séminaire fab’mem : Lénaïk LEYOUDEC
    • Publié le 26 janvier 2016 par Claire Scopsi dans axe1
    • Invité : Lénaïk LEYOUDEC (doctorant Cifre, COSTECH) « Assister la mémoire familiale via l’éditorialisation de l’archive ». En nous présentant son travail de thèse mené au sein de Perfect Memory, LénaÏk Leyoudec, nous invitera à réfléchir aux processus de transmission des contextes d’intelligibilité des films de famille. Au-delà de la transmission des supports et des procédés mis en œuvre pour leur pérénisation, comment s’opère la transmission des informations permettant d’en maintenir le sens ?Des solutions techniques d’enrichissement sémantiques sont-elles mobilisables pour reconstruire ces mémoires familiales ?  
    • Séminaire interne — Les plateformes numériques en question
    • Publié le 21 janvier 2016 par Webmaster
    • Le séminaire fait écho à la richesse des productions actuelles sur les plateformes dans de très nombreuses disciplines. Il propose de réfléchir, à partir de cas actuels de plateformes, aux enjeux et aux questions à se poser d’un point de vue des sciences de l’information et de la communication. Séminaire Dicen-IDF (programme provisoire Version 3 du 11 janvier 2016) Jeudi 21 janvier 14h00 – 18h00 CNAM 2 rue Conté – salon d’honneur (37.1.52) Foisonnement des questionnements : une opportunité pour les SIC, Claudie MEYER, Maître de conférences en système d’information, Université Paris-Est Marne-la Vallée, laboratoire Dicen-idf ; Ghislaine CHARTRON, Professeur en SIC, CNAM, Laboratoire DICEN, idf. Un monde de plateformes ? (14h15 -15h40) Un monde de plateformes ? (14h15 -15h40) Christophe BENAVENT, Professeur des université en Marketing, Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Centre des études et de recherches sur les organisations et la stratégie (CEROS). Débat avec la salle : 40’ Pause 20’ Etudes de cas (16h- 17h40) De quoi la co-innovation est-elle le nom ? Le cas des plateformes d’entreprise d’idéation et de bêta-test, Emile GAYOSO, Docteur en sociologie, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Laboratoire Techniques Territoires Sociétés (LATTS). Des plateformes de formation aux plateformes sociales, Maria MERCANTI, Maître de conférences- HDR en marketing, CNAM, Laboratoire DICEN-idf. Débat avec la salle : 40’ Pistes de questionnements SIC, Amos DAVID, professeur des universités en SIC, université de Lorraine, laboratoire DICEN-idf. Lieu : 2 rue Conté, Salon d’honneur, Accès 37, 1er étage, salle n°37.1.52
    • Séminaire Écritures numériques et éditorialisation
    • Publié le 19 décembre 2015 par Louise Merzeau dans axe4
    • Les technologies numériques ont profondément changé notre culture. Il ne s’agit pas simplement de nouveaux outils mis à notre disposition : les pratiques numériques ont modifié notre façon d’habiter le monde. L’analyse du monde numérique doit donc être en premier lieu une réflexion sur la culture numérique et non seulement sur les outils. Pareillement, avec le changement des supports, des modalités de publication, des mécanismes de visibilité, d’accessibilité et de circulation des contenus, c’est l’ensemble de notre rapport au savoir qui se trouve remis en question. En particulier, dans l’espace d’action qu’est aujourd’hui Internet, l’écriture occupe une place centrale. L’espace du web est un espace d’écriture. Interroger les pratiques d’écriture à l’ère numérique devient donc fondamental. Qu’est-ce qu’écrire ? Quelles sont aujourd’hui les modalités de l’écriture ? Quels sont les dispositifs de structuration et d’agencement des contenus en ligne ? Que devient l’auteur ? Quels modèles économiques faut-il imaginer ? Autant de questions auxquelles le séminaire voudra apporter réponse, en développant une réflexion théorique qui s’appuiera sur l’examen d’un certain nombre de cas d’étude significatifs dans le domaine des pratiques de l’écriture numérique. L’équipe de recherche responsable du séminaire a été fondée en 2008 par Gérard Wormser et Marcello Vitali Rosati. Le laboratoire Dicen-IDF, dans le cadre des travaux de l’axe 4, a rejoint l’organisation et l’animation du séminaire depuis la rentrée 2015. L’activité du séminaire a contribué à la définition et à la diffusion du terme « éditorialisation ». Éditorialisation : Ensemble des pratiques d’organisation et de structuration de contenus sur le web. Ces pratiques sont les principes de l’actuelle production et circulation du savoir. La différence principale entre le concept d’édition et celui d’éditorialisation et que le dernier met l’accent sur les dispositifs technologiques qui déterminent le contexte d’un contenu et son accessibilité. Toutes les séances sont conduites en duplex avec l’université de Montréal, et le séminaire recourt au dispositif PolemicTweet, qu permet de suivre le fil Twitter, de le catégoriser et le synchroniser avec la captation vidéo. Programme Le site du séminaire les archives PolemicTweet du séminaire
    • Du chamanisme aux avatars numériques : gestes et passages entre les mondes
    • Publié le 16 décembre 2015 par Étienne Armand Amato dans axe4
    • Séance commune entre le séminaire « Indian Gestothèque » de l’ENSCI-Les Ateliers et le projet thématique « Avatar immersif en réalité simulée » (Confluence, heSam, DICEN-IDF) Mercredi 16 décembre 2015 de 17h à 20h A  l’ENSCI, Les Ateliers 48 Rue Saint-Sabin, 75011 Paris * Accès gratuit sur simple réservation :  http://bit.ly/1lIDeeW «Du chamanisme aux avatars numériques : gestes et passages entre les mondes » 17h : Ouverture et présentation de la séance par Armand Behar, artiste, enseignant et directeur des programmes Création et Technologie contemporaine, ENSCI-Les Ateliers. http://www.ensci.com/blog/phenorama 17h15 : « A propos d’Andrea – gestes et récits », par Natacha Nisic, artiste plasticienne et cinéaste, auteure du « catalogue de gestes » (1995) 17h35 : « Du chamanisme aux avatars numériques, quels passages entre les mondes ? » par Anne Dubos, anthropologue (Lutin-Userlab) et Visual Artist (Little Heart Movement), dont la recherche problématise la transmission du geste et ses possibles représentations numériques. 17h55 : Discussion intermédiaire suivie d’une pause 18h30 : « Esthétique du passage entre le réel et le virtuel : illusionnisme et présence » par Judith Guez, artiste – chercheuse en réalité virtuelle et mixte, associée à l’équipe Image Numérique et Réalité Virtuelle (INREV) de l’Université Paris 8. 18h50: « Performer la condition numérique par l’avatar : de l’immersion intensive au jumelage des corps », par Claire Sistach, artiste numérique et cyberexploratrice et Soizic Sanson, artiste numérique et vidéaste. 19h10-20h : Discussion finale suivie d’un dialogue avec la salle Questionnement de cet interséminaire Depuis l’aube de l’humanité, le voyage imaginaire ou symbolique des mondes parallèles par l’intermédiaire d’entités secondes ou originales semble une constante chez l’homme. Mobilisant des gestes et des pratiques aux techniques corporelles adaptées, les cultures humaines nous offrent un panel d’exemples qui interrogent la relation à des objets de médiation entre les mondes. Ce séminaire sera l’occasion de présenter des cas d’observation ethnographiques où les techniques du corps les plus traditionnelles seront mises en regard des performances immersives les plus connectées. Il sera dans ce contexte utile de saisir en quoi la démarche artistique, en observation ethnographique ou expérimentation numérique, peuvent ouvrir de nouvelles perspectives à la production de savoirs, voire régénérer l’investigation universitaire ou la création industrielle. Indian Gestothèque
 : archive du geste théâtral entre notation et captation numérique http://www.ensci.com/blog/phenorama/2015/11/01/nouveau-programme-indian-gesthoteque/   L’étude des théâtres indiens met en évidence la variation des techniques de jeu de l’acteur dans le temps et dans l’espace. D’une ville à l’autre, d’une école à l’autre, on observe des modulations dans les techniques de jeu. La recherche d’Anne Dubos, anthropologue et artiste, accueillie en résidence au sein de la plateforme d’expérimentations phénOrama/Ensci – Les Ateliers, tend à mesurer les conséquences et les enjeux de traçabilité du geste de l’acteur au sein des politiques patrimoniales de conservation. Au-delà de la conception d’une méthode d’analyse graphique appliquée à la transmission du geste de l’acteur, l’enjeu de son travail repose sur la génération de nouveaux outils d’archivage en 2, 3 ou 4 dimensions du geste de l’acteur. Elle a pour objectif de constituer une bibliothèque interactive de gestes numériques. A la croisée des compétences disciplinaires (anthropologie, performance, arts visuels, arts numériques, biomécanique, informatique, neurosciences, psychologie cognitive, géographie), le séminaire de recherche Indian Gesthothèque, permettra à une équipe transdisciplinaire de collaborer en vue d’enrichir les capacités de chacun dans la conception d’un problème commun : la captation du geste […]
    • Atelier critique du Cnam « Work and ownership in Digital Labor »
    • Publié le 8 décembre 2015 par Webmaster dans axe1
    • Trebor Sholz, New School of New York Sébastien Broca, Paris VIII, CEMTI Marie-Anne Dujarier, Sorbonne-Nouvelle, LISE Maud Simonet, CNRS, IDHES Chairman: Jacob Matthews,Paris VIII, CEMTI In 2013, Trebor Scholz edited a collective book (Digital Labor. The Internet as Playground and Factory, Routledge) which presents the latest research on digital labor. In France, sociologists also analyse transformation of work (employment, volunteering, activity, professions…) and ownership induced by these new forms of production, exchange and consumption. This session, organized by the Critical Workshop of the CNAM, offers to confront American and French research on these issues. 14 h 30 – 17 h 30 at the Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM). Tuesday, 8 th December 2015 Salon d’honneur (2 rue Conté, Gate 39, first floor) English session    
    • 3ème séance du séminaire fab’mem : Jean-Barthélemi Debost
    • Publié le 3 décembre 2015 par Claire Scopsi dans axe1
    • Invité : Jean-Barthélemi Debost (Historien, Directeur réseau et partenariat du Musée national de l’histoire de l’immigration,). « Méthodologies des répertoires de projets de mémoire ». Il n’est pas rare de voir la notion de mémoire associée aux termes « frénésie », « obsession », « explosion » voire »overdose », laissant entendre que notre époque vivrait un excès presque pathologique de retour sur le passé. Mais qu’en est-il réellement ?Si les célébration officielles peuvent être facilement repérées, comment peut-on évaluer le nombre et la nature des projets  mémoriels menés par des associations, des collectifs d’habitants, des institutions locales ? Jean Barthélémi Debost, auteur d’un Répertoire analytique des actions de terrain travaillant l’histoire et/ou la mémoire de populations et/ou de territoires,  partagera son expérience, ses méthodes et ses réflexions sur l’identification, la description et la catégorisation des projets mémoriels.
    • Séminaire interne — Mémoires collectives : archives, traces, empreintes
    • Publié le 24 novembre 2015 par Webmaster
    • Du souvenir à l’histoire, de la trace à l’archive, de la data au patrimoine, la mémoire parcourt divers états, matériels ou immatériels dont les dimensions spatiales et temporelles s’interpénètrent. Les travaux présentés ici, achevés, en cours ou en émergence, interrogent le numérique comme vecteur de relation au passé intervenant à différents stades de la remémoration scientifique. Ils se proposent comme un support de débat et d’échanges sur les concepts et les définitions du document comme support de mémoire. Avec (par ordre de chronologie mémorielle) : « Du souvenir à l’Histoire : chronologie mémorielle des archives orales » Claire Scopsi (Maitre de conférences Dicen-IDF Le Cnam) « D’une trace vers une data, la construction d’un corpus de mémoire nativement numérique » Camille Paloque-Berges (Ingénieure de recherche HT2S Le Cnam) et Gerald Kembellec (Maitre de conférences Dicen-IDF Le Cnam) « De la collection à la base de données : La médiation de l’archive comme terrain transdisciplinaire. » Nicolas Sauret (doctorant Dicen-IDF Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Université de Montréal) « D’où vient ce spécimen ? » La documentarisation participative des herbiers numérisés comme relocalisation du spécimen de collection dans l’histoire et la mémoire d’un territoire. » Lisa Chupin (doctorante Dicen-IDF Le Cnam) Eléments de bibliographie Bachimont, B. (2010). La présence de l’archive : réinventer et justifier. intellectica. Association Pour La Recherche Sur La Cognition, (53-54), pp.281–309. http://doi.org/<hal-00769664> Ferraris, M., & Davies, R. (2013). Documentality: why it is necessary to leave traces. New York: Fordham Univ. Press. Halbwachs, M. (1925). cadres sociaux de la mémoire. Chicoutimi: J.-M. Tremblay. Retrieved fromhttp://www.uqac.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/classiques/Halbwachs_maurice/cadres_soc_memoire/cadres_soc_memoire.html Joutard, P. (2013). Histoire et mémoires, conflits et alliance. Paris: La Découverte. Lambert, E., Trouche, D., & Collectif. (2011). Sciences de la Société, N° 78, 2009 : Art, mémoire et territoire. Toulouse: Presses Universitaires du Mirail. Merzeau, L. (2011, November 9). Pour une médiologie de la mémoire. Université de Nanterre – Paris X. Retrieved fromhttps://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00904667/document Parret, H. (2004). Vestige, archive et trace : Présences du temps passé. Protée, 32(2), 37. http://doi.org/10.7202/011171ar Ricoeur, P. (2003). La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli. Retrieved August 20, 2015, from http://www.seuil.com/livre-9782020563321.htm Treleani, M (2015).Retrieved September 3, 2015, from http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/preface-38 Lieu Cnam, 2 rue Conté — Salle 31.2.85
    • Séminaire ouvert « Avatar immersif en réalité simulée »
    • Publié le 16 novembre 2015 par Étienne Armand Amato dans axe3
    • Premier séminaire ouvert (au laboratoire DICEN-IDF) Lundi 16 novembre 2015 / 17h-20h /CNAM Salle des Textiles. 292 rue Saint-Martin, 75003, accès 3 au-dessus du Café/restaurant des techniques  => Accès gratuit sur simple réservation sur : http://bit.ly/20oBbgf « Interroger l’avatar numérique et l’immersion iconique avec les Sciences de l’Information et de la Communication »   16h30 : Accueil autour d’un goûter en salle des Textiles, accès principal de la rue Saint-Martin, accès 3, 292 rue Saint-Martin, 75003, premier étage au-dessus du Café/restaurant des techniques 17h : Allocution d’ouverture de Manuel ZACKLAD, Directeur du Laboratoire DICEN-IDF, Professeur du CNAM. 17h15 : « Les 30 ans de l’avatar, une figure emblématique et paradoxale », présentation de lancement du projet HESAM par son porteur Étienne Armand AMATO, Maître de Conférences en SIC, DICEN-IDF/IFIS/UPEM. 17h30 : « De l’image interactive à l’avatar numérique » par Étienne PERÉNY, Maître de Conférences Hors Classe Honoraire en SIC, chercheur au laboratoire Paragraphe/IDEFI-CréaTIC/Université Paris 8. 17h45 : Conférence-invitée « Se dédoubler avec un avatar : le point de vue des neurosciences » par Alain BERTHOZ, professeur émérite au Collège de France, chercheur en physiologie de la perception et de l’action. 18h15-19h15 : Table ronde sur le thème du séminaire, avec plusieurs contributeurs de l’ouvrage collectif :               Les avatars jouables des mondes numériques. Théories, terrains et témoignages de pratiques interactives (2013, Hermès Science Lavoisier). Alain BERTHOZ (Préfacier), Étienne PERENY (Dirs), chercheur en communication, Étienne Armand AMATO (Dirs), Jean-François Lucas (auteur), chercheur et docteur en sociologie et Thomas Gaon (auteur), psychologue clinicien et chercheur, co-fondateur de l’OMNSH. 19h15-20h : Débats ouverts de recherche avec le public en vue de produire des premiers axes de synergie. RVSP Prochaines dates : – Séance 2 : le mercredi 16 décembre, 17h à l’ENSCI Les Ateliers, en partenariat avec le séminaire « Indian Gestothèque » conçu par Anne Dubos, phénOrama saison 2015/2016.  Janvier 2015, à l’Ensam Paris Tech, avec l’équipe du salon Laval Virtual, février à l’ENSCI, Mars Workshop à VRIC pendant Laval Virtual.   Contextes et enjeux http://www.hesam.eu/blog/2015/06/19/avatar-immersif-en-realite-simulee En 2016, officiellement, ce seront les 30 ans des avatars nés avec l’informatique. En effet, en 1986, l’univers ludique en ligne HABITAT de LucasArt Entertainement Company emploie commercialement ce terme pour désigner un protagoniste valant pour soi piloté pour vivre l’univers et rencontrer autrui. Aujourd’hui, il est banal d’utiliser une telle créature interactive pour évoluer dans des mondes de pures images programmées, car des centaines de millions d’humains y recourent à loisir durant leur maturation, de l’enfance à la postadolescence, voire tout au long de la vie. Manipuler un avatar engendre des phénomènes encore mal élucidés de projection, d’identification, d’implication, d’intervention, de présence ou encore de socialisation. Cette profusion de termes indique la complexité nécessaire pour la moindre immersion dans un environnement iconique rendu habitable et praticable, pour aussi bien se mouvoir, agir, communiquer, travailler, apprendre, créer… L’immersion grâce à un avatar contrôlé en temps réel suscite un nombre croissant d’investigations et de parutions scientifiques en game design, en psychologie, en sociologie, en philosophie, en ergonomie et en informatique, sans compter les expérimentations plus appliquées dans divers domaines : éducation et formation, santé et défense, publicité et communication, loisir et culture… Actuellement, la […]
    • Présentation du projet Valona
    • Publié le 8 octobre 2015 par Webmaster dans axe1
    • Présentation du projet Valona (VALOrisation NArrative des fonds éditoriaux et audiovisuel) aux auditions du FUI 21 de Cap Digital. Le projet Valona est piloté par Presstalis / Zeens avec comme partenaires l’INA, le CNAM Dicen-IDF, l’ISEP, Semiotag et son produit Youtag et Science Po Paris.
    • Big data – Open data, actes de la conférence Document numérique et société
    • Publié le 23 septembre 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Big data - Open data, actes de la conférence Document numérique et société
      Big data – Open data Quelles valeurs? Quels enjeux? Sous la direction de : Evelyne Broudoux, Ghislaine Chartron Collection : Information & Stratégie Editeur : De Boeck Supérieur Du Big Data à l’Open Data, les enjeux techniques, sociétaux et industriels de l’exploitation massive de données informationnelles en ligne. Depuis 2006, la conférence « Document numérique et société » se donne pour mission d’apporter des éclairages sur les transformations des dispositifs d’information à l’ère numérique, en privilégiant la dimension sociale. Cette 5e édition se focalise sur l’effervescence autour du Big data et de l’Open data qui anime autant les milieux d’affaires que les gouvernements et les scientifiques. Elle s’explique par l’interconnexion généralisée transformant l’économie des services et les internautes en fournisseurs de données, mais également par l’importance grandissante de l’internet des objets et, d’une manière générale, par les capacités computationnelles qui traitent désormais l’information sur toute sa chaîne de production-diffusion et transformation. Cet ouvrage rassemble les textes présentés lors du colloque de Rabat les 4 et 5 mai 2015, des recherches théoriques, expérimentales et des analyses critiques qui s’inscrivent dans la perspective des études sur le phénomène du Big data et de l’Open data en termes d’enjeux pour nos sociétés et de création de valeurs. Pour les professionnels de la documentation ; pour les chercheurs et enseignants en information et documentation ; pour les étudiants en Humanités numériques.
    • 2eme Séance Séminaire Fabriques de mémoires
    • Publié le 22 septembre 2015 par Claire Scopsi dans axe1
    • Le Dicen-idf  Cnam Paris (EA 7339) a le plaisir de vous annoncer la 2ème séance du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem) consacré aux méthodes et techniques des collectes de mémoires à l’ère numérique. Le Mardi 22 Septembre  2015,  16h30-19h00 Au Conservatoire des Arts et Métiers, Amphi C (Abbé Grégoire ) !!!!ATTENTION salle susceptible de changer !!!!!!!!!!!!! 292 rue Saint Martin – 75003 Paris M° Arts et Métiers ou Réaumur-Sébastopol Accès libre, merci de confirmer votre inscription à :  Invitée : Michèle Gellereau* :  De la collecte de la mémoire des amateurs aux pratiques de médiation : témoignages autour des objets de guerre en musée, l’exemple des projets TEMICS et TEMUSE 14-45″.  *Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lille3. Membre du laboratoire GERiiCO. Par  « collectes de mémoires, nous désignons toute action individuelle ou collective visant à recueillir des témoignages du passé ou du présent pour les conserver, les partager, les transmettre, les mettre en valeur. En raison de plusieurs facteurs ( popularité des matériels de captation numérique, développement du concept de patrimoine immatériel par l’UNESCO, émergence des applications de gestion de contenu et de publication multimédia sur le web), de nombreuses collectes sont lancées par des professionnels des archives, des musées ou des bibliothèques, des professionnels indépendants (historiens privés, « écrivains publics », biographes) ou des amateurs dans le cadre de projets associatifs ou familiaux. Ces collectes peuvent être patrimonialisées par des institutions comme le sont par exemple les films de famille (Ciclic, Cinémathèque de Bretagne), ou la galerie des dons  du Musée de l’histoire de l’immigration à Paris où « chaque visiteur souhaitant confier le parcours migratoire de sa famille est invité à offrir au musée une part de son histoire personnelle, qu’elle soit individuelle ou collective, intime et singulière. » Elles peuvent être valorisées pour créer des expositions, documentaires, livres ou animations artistiques, ou s’intégrer la scénographie d’un musée. Avec Michèle Gellereau, nous nous interrogerons sur le rôle des amateurs et collectionneurs d’objets et leur relation avec l’institution mémorielle ou patrimoniale. Quel rôle jouent-ils dans la conservation et la sauvegarde des objets, la transmission du sens attaché aux objets, et la médiation entre le public et l’institution ?
    • Appel à communications : Médiation des mémoires en ligne
    • Publié le 18 juillet 2015 par Claire Scopsi dans axe1
    • Appel à publication pour un numéro de  Les Cahiers du Numérique (http://lcn.revuesonline.com) Médiation des mémoires en ligne sous la direction de Claire Scopsi et Rémy Besson Intention de soumission : 25/09/2015 Ce numéro des Cahiers du Numérique propose de questionner, à l’heure du numérique, l’évolution des pratiques professionnelles et amateur de collecte et de valorisation des mémoires filmées qu’elles concernent l’histoire contemporaine, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie ou encore l’action culturelle et l’intermédialité (liste non exhaustive). Les contributions, transdisciplinaires,    éclaireront la manière dont le numérique conduit à reconsidérer les différentes étapes de cette mise en mémoire. Qu’est‐ce qui change quant la valorisation des entretiens est à la portée du plus grand nombre ? Qu’est‐ce qui évolue quand les récits mémoriels filmés sont intégrés à des plateformes plurimédia ? Quels usages sont fait de ces images par les individus, par les groupes de mémoires et par les institutions ? Est‐ce que cela transforme la façon dont les communautés mobilisent le support mémoriel qu’est l’acteur de l’histoire filmé ? Quels matériaux pour l’histoire ou la sociologie peuvent être ainsi produits ? Cela n’est pas uniquement à interroger d’un point de vue technologique, mais aussi en termes de pratiques et d’usages artistiques, culturels et sociaux desdites technologies. Il s’agira ainsi, de se demander ce qui fait rupture au tournant du XXIème siècle, ainsi que ce qui relève de l’ordre de la continuité.   AXES DE PROPOSITIONS POSSIBLES (LISTE NON EXHAUSTIVE) Pour exemple, les contributions proposées pourront porter sur :    ‐ Des dispositifs socio‐techniques de collecte ou de valorisation (archives ouvertes, scénographies muséales, pratiques d’amateurs). ‐ Des interprétations sémiopragmatiques et/ou génétiques de corpus d’entretiens filmés créés au format numérique ou numérisés. ‐ Des enjeux mémoriels qui se sont cristallisés autours d’usages artistiques, culturels ou sociaux des images animées partagées sur le web. ‐ Des pratiques et usages amateurs de ces images animées portant sur la mémoire. ‐ Des réflexions méthodologiques, épistémologiques ou historiographiques impliquant une prise en compte des effets de rupture et continuité impliquées par l’émergence de l’époque du numérique dans le domaine de la captation d’entretiens filmés avec des acteurs de l’histoire.   Texte complet de l’appel sur le site de la revue (suivez le lien) Comité de lecture du numéro Michael Bourgatte (Institut Catholique de Paris, Atelier du Numérique) / EA 7403, Evelyne Broudoux (Conservatoire National des Arts et Métiers, Dicen-IDF) Florence Descamps(Ecole Pratique des Hautes Etudes, Histara) Michèle Gellereau (Université de Lille3, Geriico) Véronique Ginouves (Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme) Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dicen-IDF) Roger Odin (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV) Viva Paci (Université du Québec à Montréal) Marcelo Vitali-Rosati (Université de Montréal) Calendrier Intention de soumission :                                              25/09/2015 Notification aux auteurs :                                              10/10/2015 Date limite de soumission :                                           20/12/2015 Date de notification d’acceptation aux auteurs :      1/02/2016 Date de la version finale :                                              15/03/2016 Remise éditeur :                                                              avril 2016 Parution du numéro spécial :                                       juin 2016 Recommandations aux auteurs Les intentions de soumission (6000 caractères, espaces compris, plan et références bibliographiques non compris) […]
    • Appel à communication : Écrilecture augmentée dans les communautés scientifiques
    • Publié le 9 juillet 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Humanités numériques et construction des savoirs (extension de la date de soumission de résumé) Le web et les technologies associées au lien hypertexte sont à l’origine d’environnements de lecture enrichie dont nous avons commencé à établir une photographie sous plusieurs angles : celui de l’innovation logicielle et ceux des usages actuels et à venir. Cette lecture enrichie qui repose sur des actes scripturaux nous a incités à reprendre le concept d’écrilecture théorisé par Pedro Barbosa dans sa thèse de 1992 et né de la rencontre des pratiques littéraires créatrices avec l’ordinateur. Alain Vuillemin l’avait repris pour caractériser ce nouveau comportement du lecteur entraîné dans des manipulations créatrices face à l’écran. Nous situons l’écrilecture dans l’évolution des pratiques historiques de construction de l’érudition et pensons à la « lettrure » observée dès le moyen âge qui, comme le rappelle Emmanuel Souchier, désignait une seule et même activité. Réservées à une élite de « lettrés », la lecture et l’écriture étaient pensées comme un seul processus, constitué par des actions liées et complémentaires dans lesquelles l’activité de lecture, hautement structurante, permettait au récepteur de la connaissance construite de devenir acteur par l’enrichissement des idées transmises. Ce procédé intervenait par capitalisation intellectuelle et agrégation avec sa réflexion dans une transformation scripturale et pouvait être matérialisé sur le support physique au moyen de marginalia, notes de bas de page et autres annotations. Aujourd’hui, les processus d’écrilecture sont soutenus par de multiples fonctionnalités logicielles et rendus autonomes par raisonnement computationnel sur la sémantique. Les pratiques liées aux usages de lecture « savante » se sont perpétuées au cours des siècles et les annotations sont elles-mêmes devenues objets d’études, comme plus-values des textes originaux ou documents à part entière. Les enrichissements peuvent être observés sous un angle épistémologique par la construction de l’autorité, ou sous des éclairages philologiques, paléographiques sur les documents originaux ou encore prosopographiques en éditorialisant les biographies et bibliographies d’auteurs enrichies de notices d’autorité. Si nous observons, par exemple les collections léguées à des musées et bibliothèques, les notes manuscrites ajoutées par leurs propriétaires aident à la réception située des œuvres, à comprendre leurs inspirations et l’interprétation spécifique qu’ils avaient des ouvrages étudiés. Le commentaire, la critique implicite ou explicite des écrits sont en effet de précieux atouts pour juger, en complément de l’œuvre, de la compréhension d’un auteur sur des écrits antérieurs et de sa réception sur le sujet traité, tout du moins la manière de le traiter. La posture épistémologique émerge donc parfois de manière implicite par l’analyse des corpus d’annotation, mais parfois aussi de manière très explicite par la critique annotée dans les ouvrages étudiés. D’une manière générale, l’écrilecteur est un sélectionneur, un acteur qui de par ses pratiques est directement associé à la transformation du texte lu et plus généralement des documents – sous la forme d’annotations et de commentaires. En effet, la typologie documentaire fait ressortir la pluralité de matérialités d’objets observés et des grilles de lecture associées. Si un certain nombre d’outils d’écrilecture ont été élaborés ces […]
    • fabmem 26 mai 2015 : les vidéos des interventions
    • Publié le 5 juillet 2015 par Claire Scopsi dans axe1
    • Logo du projet Passerelle de Mémoires
      Les vidéos des interventions du séminaire fabmem consacré à L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ? sont en ligne  sur le site du projet Passerelle de Mémoires : http://passerelle.hypotheses.org/39    
    • Séminaire fin d’année
    • Publié le 29 juin 2015 par Webmaster
    • Rendez-vous à 10h00 autour d’un café à la cafétéria de la rue de Conté pour nous dispatcher. Notre séminaire de fin d’année Matin, travail par axes, 10h à 12h30 Déjeuner restaurant Cnam 12h30 à 14h — Restaurant Cnam au 2 rue Conté (35 repas ont été réservés ce jeudi 25 à 16h) Après-midi, travail en commun, 14h à 17h – Salle 31.2.85 (2 rue Conté) Plan d’accès
    • Séminaire « Innovation urbaine et ville numérique »
    • Publié le 4 juin 2015 par Webmaster dans axe3
    • Innovations urbaines et ville numérique Séminaire Dicen-IDF organisé par M Zacklad et C. Meyer Jeudi 4 juin 14h00 – 17h30 – CNAM – 2, rue Conté — Salle 31.2.85 Comment se repense la ville à partir des initiatives numériques urbaines ? (14h00 -15h25) Itinéraire d’une ville connectée, Eric Legale, Directeur général d’Issy Média, ville d’Issy-les-Moulineaux. Incarnations et évaluations d’une Ville Intelligente. L’expérience de Rennes et de l’Open Data, Maryse Carmes, Maître de conférences CNAM, DICEN-IdF. Projets numériques d’aujourd’hui pour quelle ville numérique de demain ? Claudie Meyer, Maître de conférences Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, DICEN-IdF. ·Débat avec la salle : 40’ Pause Cadres conceptuels et typologies pour appréhender les innovations urbaines ? (15h50 – 17h30) Collaborative, intelligente, résiliente ? Les imaginaires de la ville connectée, Valérie Peugeot, Vice-présidente du Conseil national du numérique, prospectiviste à Orange Labs. Tendances urbaines et mutations technologiques : causalité ou simultanéité des processus ? Maxime Schirrer , Maître de conférences CNAM, LIRSA. Villes / Cerveau(x) / Intelligences Collectives/ Modes d’existences, Jean-Max Noyer, Professeur Université de Nice Sophia-Antipolis, I3M. Ville et sérendipité des (tiers) lieux : les approches transmédia de l’organisation des connaissances,  Manuel Zacklad, Professeur CNAM, DICEN-IdF. Débat avec la salle : 40’   2 rue Conté — Salle 31.2.85
    • Séminaire « Innovation urbaine et ville numérique »
    • Publié le 4 juin 2015 par Webmaster dans axe3
    • Innovations urbaines et ville numérique Séminaire Dicen-IDF organisé par M Zacklad et C. Meyer Jeudi 4 juin 14h00 – 17h30 – CNAM – 2, rue Conté — Salle 31.2.85 Comment se repense la ville à partir des initiatives numériques urbaines ? (14h00 -15h25) Itinéraire d’une ville connectée, Eric Legale, Directeur général d’Issy Média, ville d’Issy-les-Moulineaux. Incarnations et évaluations d’une Ville Intelligente. L’expérience de Rennes et de l’Open Data, Maryse Carmes, Maître de conférences CNAM, DICEN-IdF. Projets numériques d’aujourd’hui pour quelle ville numérique de demain ? Claudie Meyer, Maître de conférences Université Paris-Est-Marne-la-Vallée, DICEN-IdF. ·Débat avec la salle : 40’ Pause Cadres conceptuels et typologies pour appréhender les innovations urbaines ? (15h50 – 17h30) Collaborative, intelligente, résiliente ? Les imaginaires de la ville connectée, Valérie Peugeot, Vice-présidente du Conseil national du numérique, prospectiviste à Orange Labs. Tendances urbaines et mutations technologiques : causalité ou simultanéité des processus ? Maxime Schirrer , Maître de conférences CNAM, LIRSA. Villes / Cerveau(x) / Intelligences Collectives/ Modes d’existences, Jean-Max Noyer, Professeur Université de Nice Sophia-Antipolis, I3M. Ville et sérendipité des (tiers) lieux : les approches transmédia de l’organisation des connaissances,  Manuel Zacklad, Professeur CNAM, DICEN-IdF. Débat avec la salle : 40’  
    • Ouverture du séminaire fabriques de mémoires (fab’mem)
    • Publié le 26 mai 2015 par Claire Scopsi dans axe1
    • En marge du projet « Passerelle de Mémoires d’île de France » (http://passerelle.hypotheses.org/) qui élabore une plateforme numérique d’outils pédagogiques et méthodologiques destinés aux porteurs de projets de collectes de mémoires, le séminaire fab’mem s’adresse aux archivistes, documentalistes, historiens amateurs, documentaristes, artistes, étudiants, chercheurs, animateurs, artistes, associations ou particuliers concernés par les entretiens oraux, les collectes de témoignages et de documents destinés à construire une mémoire. Il propose aux praticiens et aux théoriciens  d’aborder la collecte de mémoire filmée comme un genre en soi comportant ses contraintes, ses modes d’élaboration et pouvant conduire à des formes de narrations spécifiques. En effet, le numérique modifie les conditions de captation en offrant des matériels de plus en plus abordables et massivement appropriés par le public amateur. Le Web 2.0 offre aux témoignages filmés des possibilités de valorisation peu coûteuses. On observe donc, dans les projets en cours, une tension entre l’objectif de préservation d’une mémoire « pour l’histoire ou la micro histoire » et l’objectif de donner à voir cette mémoire selon les normes professionnelles du récit audiovisuel. Entre image-preuve et image-spectacle, quel espace d’innovation peut-on ménager pour la valorisation des mémoires ? Il s’agit donc de  questionner la pertinence, les limites et les potentialités de l’outil audio-visuel dans ce que Ricoeur nomme la « représentation historienne », c’est-à-dire dans la construction narrative et rhétorique d’une relation des faits passés. 1ère séance : L’articulation entre récit et document oral : les récits de mémoire filmés sont-ils des documents ou des fictions ?  mardi 26 mai 2015,  16h30-19h00 Au Conservatoire des Arts et Métiers, salle 31.1 .53 2, rue Conté – 75003 Paris M° Arts et Métiers Accès libre, merci de confirmer votre inscription à : Intervenants : Rémy Besson, historien, Post-doctorant à LLA-CREATIS, Toulouse 2 – Le Mirail. « Du montage du film Shoah (1985), à la réalisation d’une archive en ligne.». http://remybesson.blogspot.fr/ Roselyne Orofiamma psychosociologue et chercheur (Cnam), http://cdft.cnam.fr/ressources-/bibliographies-et-dossiers/dossiers-auteurs/publications-de-roselyne-orofiamma-713523.kjsp Lorsqu’elle a recours à l’audiovisuel, comment la « représentation historienne » (Paul Ricoeur), peut-elle résoudre la tension entre la préservation de la mémoire ou du témoignage et sa mise en spectacle sur le web, sur un écran de cinéma ou de télévision, dans une scénographie d’exposition, de musée ou une installation artistique? Les praticiens de l’histoire orale refusent la mise en scène pour rechercher une neutralité de forme et la capture d’une parole authentique, mais celle-ci n’est-elle pas illusoire ?  A l’inverse Régine Robin (1986) proclame, contre les formes stéréotypées des récits de vie, que « seule la fiction permet de dire du vrai » et revendique des récits qui prennent en compte le langage comme matière signifiante. L’entretien de mémoire filmé et sa valorisation publique accentuent le risque de « fausse nouvelle » (Marc Bloch) tout comme la conscience de porter au public la mémoire d’un groupe peut contraindre le témoin à mettre en scène son récit. Ainsi, introduire un medium pour enregistrer, capter puis représenter un entretien, est un acte fort qui transforme le principe de collecte d’entretien pour l’histoire.  Quel est le rôle du récit de vie filmé dans la reconstruction d’un fait passé ? Quel type de récit le témoignaire peut-il […]
    • Le Profil : une passerelle entre passé et présent
    • Publié le 21 mai 2015 par Louise Merzeau dans axe4
    • Journée d’étude Journée consacrée à la présentation des travaux réalisés pendant l’année de préfiguration du projet PROFIL (Partage,Reconstitution et Organisation de Fictions identitaires en Ligne), dans le cadre du labex Passés dans le présent 20 mai 2015, MAE, Université Paris Ouest, Nanterre Programme 10h Louise Merzeau Ouverture 10h30 Camille Paloque-Berges et Haud Gueguen Généalogie de la notion de profil 11h35 Lionel Barbe et Antoine Courtin Profils fictifs de personnages publiques sur Twitter : entre communication et médiation 12h10 Aranthell 14-18 : mise en scène de l’archive, création au service de la mémoire Pause déjeuner 14h30 Nicolas Sauret Typologie des dispositifs profilaires d’éditorialisation 14h50 Gilles Bertin Éléments de techniques de narration et de genèses de personnages en fiction 15h10 Table ronde animée par Nicolas Sauret Du profil fictif à la fiction participative : rencontre avec des joueurs-auteurs d’Anarchy.fr 15h50 Julien Hage Des matériaux « historiques » numériques pour les profils ? : biographèmes, régimes d’historicité et présence numérique • Archive du fil Twitter • Les captations vidéos seront mises en ligne sur le carnet de recherche du projet
    • Devenirs urbains, de Maryse Carmes et Jean-Max Noyer
    • Publié le 15 mai 2015 par Webmaster dans axe1
    • Le processus d’urbanisation est protéiforme. Les transformations qui affectent les écologies urbaines, en particulier sous les conditions de l’extension du milieu numérique sont profondes. La place grandissante des infrastructures des réseaux numériques et leurs traductions contrastées en termes d’organisation politique et économique, l’explosion de l’Internet des objets, la prolifération des interfaces nomades, et la production compulsionnelle de « Data », tout cela travaille les modes de gouvernance, les modes d’existence ainsi que les processus de subjectivation qui les accompagnent. En prenant comme point d’appui la question des « smart cities », des « data cities », cet ouvrage examine tout d’abord les tensions qui parcourent les divers modèles politiques, organisationnels des villes et le rapport entre interfaces urbaines et techno-politiques d’infrastructure décentralisée. En réunissant différentes perspectives (de chercheurs, d’urbanistes, de responsables de projets) et à partir de nombreux exemples à travers le monde, sont interrogées les formes d’actualisation des intelligences et des modes d’existence dans la « ville numérique ». Est notamment examinée la convergence entre la MOBIlité du téléphone devenu ordinateur et l’ubiQUITE d’Internet devenu 2.0 et ses effets urbains. L’analyse concrète de cas spécifiques (Ville de Rennes et Région Nord-Pas de Calais) dessine une réflexion sur l’évolution des gouvernances urbaines où se négocie une véritable rupture de l’économie politique des territoires. De façon plus théorique, de nouvelles notions pour dire les états successifs et en tension de l’urbanisation sont énoncées et discutées. Ouvrant sur la ville émotionnelle comme milieu de l’expérience de soi, une perspective anthropologique de l’intime invite à penser la ville comme agencement désirant, milieu riche de production de subjectivités, à la traversée de la prolifération des interfaces et objets nomades. Enfin, éloigné des réflexions sur les formes « datacentriques » de l’Urbain, un regard aigu est porté sur les pratiques urbaines, prises dans une autre histoire, en Algérie. De Maryse Carmes et Jean-Max Noyer, éd Presses des Mines — 10/2014 – ISBN : 978235671373 Voir plus : http://www.pressesdesmines.com/territoires-numeriques/devenirs-urbains.html#sthash.fTPBqdQL.dpuf
    • Troisième séance du séminaire : Outils d’écrilecture augmentée sur le web pour les communautés scientifiques
    • Publié le 12 mai 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Livre connecté
      Mardi 12 mai 17h00-18h30 Paris I Sorbonne (Salle D617, 1 rue Victor Cousin – Paris 5ème): Isidore, plateforme de signalement de données enrichies pour la recherche. Retour sur les enjeux de la qualité des métadonnées dans la diffusion du savoir, (Stéphane Pouyllau, CNRS, Direction TGIR Huma-Num) ISIDORE est une plateforme de recherche permettant l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales (SHS). Ouverte à tous et en particulier aux enseignants, chercheurs, doctorants et étudiants, elle s’appuie sur les principes du web de données et donne accès à des données en accès libre (open access). ISIDORE est une réalisation dela très grande infrastructure de recherche Huma-Num (CNRS, Aix-Marseille Université, Campus Condorcet) et mise en œuvre par le centre pour la communication scientifique directe (CCSD/CNRS). « Les Guides de Paris (les historiens des arts et les corpus numériques) » – Production d’un état de l’art des outils d’annotation de corpus textuels – (Johanna Daniel, Emmanuel Chateau) Face à des corpus de grande ampleur, l’annotation collaborative apparaît comme une solution pour fédérer et décupler la force de travail des chercheurs. Cependant, les outils d’annotation actuellement disponibles satisfont-ils les exigences de rigueur et de pérennité des SHS ? Quelles évolutions induisent-ils dans les pratiques traditionnelles d’édition de texte ? Quelles perspectives nouvelles offrent-ils ? Ces différents aspects seront évoqués à travers l’exemple des Guides de Paris, un projet d’édition numérique porté par Marianne Cojeannot-Leblanc au sein du Labex les Passés dans le présent (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).
    • Nouveaux Espaces de travail – Ville Numérique – Open Data : UNIVCAMP édition 2015
    • Publié le 15 avril 2015 par Claudie Meyer dans axe3
    • UNICAMP édition 2015 : 2 jours pour fabriquer ensemble la société nouvelle société collaborative Professionnels, académiques, chercheurs et étudiants, venez chercher et trouver ensemble, dans un temps limité, des solutions aux questions posées par la nouvelle société collaborative. En s’appuyant sur toutes les compétences en présence, UNIVCAMP permet, en une journée, de transformer les idées en projets jusqu’à la conception de maquettes de produits ou de services en s’appuyant sur toutes les compétences en présence.. Thèmes de l’édition 2015 : Mercredi 15 avril Jeudi 16 avril #Bureau du futur : L’innovation technologique transforme les espaces de travail et les campus universitaires ! #Gare 2.0 : Et si votre gare se transformait aussi en lieu de travail, de services et d’échanges ! #Télécentres et coworking : de nouveaux espaces dans les territoires, regroupant animations et services innovants? #ville numérique : L’innovation numérique est- elle toujours au service de la ville de demain ? #open data : Quels outils d’aide à la décision pour l’aménagement des territoires à base de données ouvertes. Depuis 4 ans, les Masters MIPI (immobilier d’entreprise) et MITIC (technologies de l’information) organisent à l’UNIVersité le barCAMP UNIVCAMP. Dans l’édition 2015, avec 5 ateliers collaboratifs UNIVCAMP est l’occasion : D’explorer les nouveaux horizons de la ville de demain, D’exploiter le gisement des open data, D’imaginer les nouveaux espaces et modes de collaboration au travail. UNICAMP des Masters Mipi-Mitic offre une expérience intense de la collaboration tout azimut dans un esprit créatif, ouvert et concret. MERCI DE VOUS INSCRIRE SUR LE SITE : http://www.univcamp.fr/ @Univcamp En partenariat avec le laboratoire Dicen-idf, le Syntec numérique sur l’Atelier « ville numérique », SNCF Développement, IT77 et la direction immobilière de l’université sur les ateliers concernant les espaces de vie/espaces de travail, la CCI du 77 et le SAN du Val d’Europe pour Open data C. Meyer, S. Mercier, I. Fasshauer,  C. Bourret, membres de Dicen-idf
    • Deuxième séance du séminaire : Outils d’écrilecture augmentée sur le web pour les communautés scientifiques
    • Publié le 31 mars 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Livre connecté
      Deuxième Séance A l’université de Paris Ouest Nanterre, mardi 31 mars 17h00-18h30, Paris X, Nanterre, Salle A304 au 3ème étage du bâtiment A. Déroulé de la séance Présentations en vidéo (Powerpoint + audio) Présentation du projet d’humanités numériques ReNom par Marie-Luce Demonet, (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, CNRS / Université François-Rabelais, Tours). Le projet ReNom (2012-2014) avait pour objectif de construire un site attractif et utile pour des lecteurs, des chercheurs et des touristes intéressés par la visite de lieux chargés d’histoire, et habités par des auteurs connus de la littérature française, comme Rabelais et Ronsard. A partir d’un corpus Rabelais en partie traité dans le site Epistemon des Bibliothèques Virtuelles Humanistes, et encodé en XML/TEI, l’idée était de proposer une géolocalisation des lieux mentionnés dans les textes, et des fiches prosopographiques, grâce à un logiciel de traitement des entités nommées. Pour le corpus Ronsard, il s’agissait d’utiliser la technique du wordspotting pour extraire ces informations à partir du texte en mode image. Les résultats de cette expérience, peuvent être exploités en termes d’écriture/lecture augmentée. Lecture Savante et outils nomades, par Cheikh Ba (Laboratoire Dicen, Université Paris Ouest). Dans le cadre de ses recherches, Cheikh Ba présenter les pratiques d’écriture-lecture observées sur écran notamment sur les tablettes.
    • Le programme DocSoc 2015 est disponible
    • Publié le 27 mars 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Open data, Big data : quelles valeurs, quels enjeux ? Ecole des sciences de l’information de Rabat, Maroc. 4 et 5 mai 2015 5e conférence « Document numérique et Société » —————– http://docsoc2015.sciencesconf.org/program Inscriptions: http://docsoc2015.sciencesconf.org/resource/page/id/6
    • Appel à participation : Conférence Document Numérique et Société
    • Publié le 26 mars 2015 par Evelyne Broudoux dans axe2
    • La 5e conférence Document Numérique et Société se déroulera sur les valeurs et les enjeux de l’Open data et du Big data à l’Ecole des Sciences de l’Information de Rabat, au Maroc, les 4 et 5 mai prochains. Programme lundi 4 mai 2015 09:00 – 10:30 Discours de bienvenue – Officiels 10:30 – 10:45 Pause-café 10:45 – 11:30 Présentations Entreprises 11:30 – 12:00 Anonymisation des données et protection de la vie privée : questionnements récents, propositions actuarielles, Conférencier invité : Michel BERA, Chaire de Modélisation Statistique du Risque, CNAM 12:00 – 13:30 Déjeuner 13:30 – 15:00 Enjeux épistémologiques 13:30 – 14:00 › Big Data et machinisation de la médiation symbolique Maude BONENFANT, Marc MENARD, André MONDOUX, Maxime OUELLET, Université du Québec à Montréal 14:00 – 14:30 › La controverse épistémologique Big Data face à la réalité de l’appropriation de nouveaux paramètres par les acteurs métier en entreprise Anna NESVIJEVSKAIA, Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère du Numérique, DICEN-IDF, EA7339, CNAM-Paris 14:30 – 15:00 › L’ambiguïté épistémologique des big data : le cas de la donnée web en sciences sociales Eglantine SCHMITT, Connaissance et Organisation des systèmes techniques, COSTECH EA 2223, Compiègne 15:00 – 15:15 Pause-café 15:15 – 15:45 › Datavisualisation : Principes, enjeux et perspectives pour les systèmes de connaissances de demain Béatrice ARRUABARRENA,  Paragraphe (EA349), Paris 8 15:45 – 16:15 › Open, Big, Collaboration : trois paradigmes de l’innovation au 21ème siècle – Fidelia IBEKWE-SANJUAN, IRSIC, EA4262, Aix-Marseille Université – AMU; Françoise PAQUIENSEGUY ELICO, EA 4147, Lyon 16:15 – 16:30 Rafraichissements 16:30 – 18:00 Enjeux sociétaux 16:30 – 17:00 › De quoi l’Open Data est-il le nom ? Yohan BARRES, COSTECH, EA 2223, Compiègne 17:00 – 17:30 › Transparence et big data : revers et infortunes Hélène JEANNIN, Orange Labs, Issy les Moulineaux 17:30 – 18:00 › Gouverner par les données ? La plateforme de diffusion de données comme instrument de gouvernement – Antoine COURMONT, Centre d’études européennes de Sciences Po, EA4459, Paris mardi 5 mai 2015 09:00 – 10:30 Enjeux sociétaux 09:00 – 09:30 › Asymétries, enjeux géopolitiques des données – Ghislaine CHARTRON, Evelyne BROUDOUX, DICEN-IDF, EA7339, CNAM-Paris 09:30 – 10:00 › DataCite au service des données scientifiques – identifié pour valoriser – Herbert GRUTTEMEIER, Institut de l’information scientifique et technique , CNRS-Nancy 10:00 – 10:30 › La datavisualisation comme outil de pilotage et d’évaluation de la recherche scientifique médicale Hanae LRHOUL, ESI-Rabat et DICEN-IDF ; Ghislaine CHARTRON, DICEN-IDF (EA7339) ; Ahmed BACHR, ESI-Rabat ; Othman BENAMMAR, Université Hassan II Casablanca 10:30 – 10:45 Pause-café 10:45 – 11:15 › Vers une stratégie basée sur les apprenants et le Big Data pour améliorer le processus d’apprentissage en ligne – Sbihi, BOUBKER Ecole des Sciences de l’Information-Rabat 11:15 – 11:45 › Les politiques locales en matière d’Open Data au prisme des dispositifs numériques d’innovation de services: l’intelligence territoriale en perspectives Jean-Baptiste LE CORF, DICEN-IDF (EA7339) 11:45 – 12:15 › Un modèle Big Data orienté vers la cyberdémocratie – Youssef TAHER, Centre d’orientation et de planification de l’éducation, Rabat 12:15 – 12:45 › De l’intention à la valeur dans l’exploitation des données ouvertes  Slim TURKI,, Luxembourg Institute of Science and […]
    • Jeudi 26 mars : Journée d’étude PraTIC « A distance : quelles conditions technologiques »
    • Publié le 23 mars 2015 par Étienne Armand Amato
    • La seconde PraTIC du cycle 2015 qui se tient jeudi prochain à Gobelins, l’école de l’image. Elle aborde et revisite une thématique transversale, la présence et action à distance, en convoquant des expériences et des points de vue issus de champs complémentaires. Merci d’avance de rediffuser cette information aux personnes concernées (étudiants, chercheurs, entrepreneurs, artistes, etc.). Vous pouvez dès maintenant vous inscrire en ligne, pour aider à sa bonne organisation. Inscription en ligne : http://ccir.efm.me/itw/answer/s/nbma4g0cwc/k/t9wy9e9lka Programme détaillé en ligne : http://recherche.gobelins.fr/manifestations/journeespratic/pratic2015b Evénènement Facebook : https://www.facebook.com/events/629365720529543 — MATIN — 9 h 00 – 9 h 15  Accueil 9 h 15 – 9 h 30  Présentation de la problématique 9 h 30 – 10 h 00 Conférence d’ouverture Panorama du travail et du management à distance Par Anca Boboc, sociologue dans le département des sciences sociales (SENSE) d’Orange Labs 10 h 00 – 10 h 30 La production à distance : l’audiovisuel entre dématérialisation et flux tendus Par Emmanuel Joubard, consultant pour Pôle Média Grand Paris, société 42 Consulting 10 h 30 – 11 h 00  Pause 11 h 00 – 11 h 30 Wikipédia, ou le paradoxe d’une communauté en ligne de production de connaissance à distance Par Lionel Barbe, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, laboratoire Dicen-IDF, Université Paris Ouest 11 h 30 – 12 h 00 Les herbiers collaboratifs, au service du télétravail des botanistes Par Lisa Chupin, doctorante en sciences de l’information et de la communication, Ater au Cnam, laboratoire Dicen-IDF — APRÈS-MIDI — 14 h 00 – 14h 30 Piloter un drone militaire : enjeux et réalités à distance Par Caroline Moricot, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Cetcopra (Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques) 15 h 00 – 15 h 30 L’engagement subjectif dans le jeu vidéo : présence immersive, implication et responsabilité Par Delphine Soriano, doctorante en informatique au laboratoire Cédric du Cnam de Paris 15 h 30 – 16 h 00  Pause 16 h 00 – 16 h 30 Perception visuelle et effet de présence : les bénéfices de la stéréoscopie en question Par Laure Leroy , maître de conférence à l’Université Paris 8, laboratoire Paragraphe 16 h 30 – 17 h 00 3D-LIVE, un partage à distance de l’expérience sportive du ski, du golf et du jogging Par Benjamin Poussard, équipe Présence & innovation, Arts et Métiers ParisTech, Laval 17 h 00 – 17 h 30  Débat et conclusion Thématique : Grâce à l’interconnexion généralisée entre des appareils informatiques fixes et mobiles, il est devenu banal de communiquer en permanence et à tout propos. Selon le point de vue, nous avons le sentiment de nous rapprocher de ce qui nous est lointain, personnes ou objets, ou bien de les amener jusqu’à nous.Cette journée d’étude PraTIC ambitionne de mettre à jour les mécanismes, fonctions, et modalités qui rendent possibles ces déplacements à la fois cognitifs et corporels, relevant aussi bien du symbolique que du réel. Les journées d’étude PraTIC : Depuis 2008, les journées d’étude PraTIC (Pratiques des Technologies de l’Information et de la Communication) questionnent les dispositifs […]
    • UNIVCAMP édition 2015 : nouveaux espaces de travail, ville numérique, open Data
    • Publié le 18 mars 2015 par Webmaster dans axe3
    • Professionnels, académiques, chercheurs et étudiants, venez chercher et trouver ensemble, dans un temps limité, des solutions aux questions posées par la nouvelle société collaborative. UNIVCAMP permet, en une journée, de transformer les idées en projets jusqu’à la conception de maquettes de produits ou de services en s’appuyant sur toutes les compétences en présence.
    • Café virtuel des doctorants DICEN-IdF
    • Publié le 17 mars 2015 par Lisa Chupin
    • La cyber-réunion est bien sûr ouverte à d’autres doctorants qui voudraient nous rejoindre. Toutes les infos sur le blog (http://2didf.blogspot.fr/2015/03/rendez-vous-doctorants-2015.html), et contact par la mailing liste des doctorants (doc   –   dicen   @   cnam.fr).
    • Séminaire Ecrilecture
    • Publié le 13 mars 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Livre connecté
      Programme mardi 10 mars 17h30-19h00, Cnam, Paris, Salle 35-1-53. Ouverture par Manuel Zacklad supports disponibles : Présentation du projet (Évelyne Broudoux, Gérald Kembellec), L’apport de la sémantique dans l’écriture scientifique augmentée, (Thomas Francart) mardi 31 mars 17h00-18h30, Paris X, Nanterre, Salle A304 au 3ème étage du bâtiment A. : Le projet Renom (Marie-Luce Demonet, Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, CNRS/ Université François-Rabelais, Tours). Lecture Savante et outils nomades (Cheikh Ba), Présentations en vidéo (Powerpoint + audio) mardi 12 mai 17h00-18h30, Paris I Sorbonne (Salle D617, 1 rue Victor Cousin – Paris 5ème): Isidore, plateforme de signalement de données enrichies pour la recherche. retour sur les enjeux de la qualité des métadonnées dans la diffusion du savoir, (Stéphane Pouyllau, CNRS, Direction TGIR Huma-Num) et Les Guides de Paris (les historiens des arts et les corpus numériques) – Production d’un état de l’art des outils d’annotation de corpus textuels – (Johanna Daniel, Emmanuel Chateau) mardi 2 juin 17h00-18h30, ENC Urfist : Les figures du livre numérique « augmenté » au prisme d’une rhétorique de la réception‪ (Alexandra Saemmer), Clôture du séminaire et pôt
    • Séminaire : Outils d’écrilecture augmentée sur le web pour les communautés scientifiques
    • Publié le 10 mars 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Le web et les technologies associées au lien hypertexte sont à l’origine d’environnements de lecture enrichie dont nous nous proposons d’établir une photographie sous l’angle de l’innovation logicielle et sous l’angle des usages actuels et à venir dans les communautés scientifiques concernées par la génétique et la compréhension des textes. Le livre numérique en prise avec la “réalité augmentée”, l’externalisation et la diversification des annexes : images illustratives, informations bibliographiques, jeux de données et données postpubliées conduisent à la publication scientifique augmentée entrainant des modifications de la lecture, immersive ou analytique, proche/distante (close and distant reading) qui méritent d’être analysées.
    • 2ème journée d’études sur les systèmes de recommandation
    • Publié le 6 mars 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Tag Cloud recommandation
      2ème journée d’études sur les systèmes de recommandation Amphithéâtre Jean Baptiste SAY (Y), Accès 1, CNAM – 292, rue Saint Martin, Paris, 75003. Métro Réaumur Sébastopol L’INTD, les laboratoires Dicen et Paragraphe vous invitent à la deuxième journée d’études interdisciplinaire sur les systèmes de recommandation. La première journée d’études sur les systèmes de recommandation avait réuni des experts de la recherche et de l’industrie autour des thématiques liées à la recommandation. Ces pistes de réflexion avaient ouvert la voie au premier ouvrage interdisciplinaire sur le sujet publié en français chez ISTE et en anglais chez Wiley and Sons[1]. Nous proposons dans cette deuxième journée de poursuivre notre observation aux prismes des SIC, du markéting, de l’algorithmie et de l’informatique pour mieux décrypter ce phénomène dans ses nombreuses implications industrielles Des spécialistes poseront un questionnement sur les limites déontologiques et légales qui sont directement induites par la recommandation Le LiveTweet de la journée. Programme de la matinée Modération Gérald Kembellec 9h00-9h15 Accueil autour du petit déjeuner 9h15-9h30 Ouverture de session Gérald Kembellec, CNAM, Laboratoire DICEN (support). 9h30-10h15 Recommandation et digital marketing Maria Mercanti-Guérin, CNAM, Laboratoire LIRSA, Paris (support). 10h15-11h00 AntVoice : la recommandation prédictive Alban Peltier, Société AntVoice, Paris (support). 11h00-11h15 Pause 11h15-12h00 Les recommandeurs pour les chercheurs Kris Jack, Société Mendeley (Reed Elsevier), Londres (support). 12h00-12h45 La recommandation TV, entre promesse de découverte et de personnalisation Maxime Paul, Société Canal +, Paris (support). Programme de l’après midi Modération Imad Saleh, Paris 8, Laboratoire Paragraphe, Saint-Denis 14h00-14h45 La recommandation en contexte industriel, approches récentes et futures. Frank Meyer (conférencier invité), Orange Labs, Lannion. (support 1, support 2). 14h45-15h30 Alertes floue : vers une sémantique floue en géolocalisation. Mohammed-Amine Abchir, Deveryware, Paris (support). 15h30-15h45 Pause Modération Ghislaine Chartron 15h45-16h30 « Dis moi qui tu es, je te dirais ce que tu vas aimer » : collecte de données personnelles, promesses de personnalisation et choix des utilisateurs. Geoffrey Delcroix, Direction des Technologies et de l’innovation, CNIL, Paris (support). 16h45-17h30 La recommandation algorithmique à la lumière de la GAFAnomics. Ghislaine Chartron, CNAM, Laboratoire DICEN, Paris (support). Renseignements :
    • « Journée d’Etude PraTIC » De l’imprimé à l’écran : l’édition en mutation numérique
    • Publié le 12 février 2015 par Étienne Armand Amato dans axe3
    •                                                              Depuis 2008, les journées d’étude PraTIC (Pratiques des Technologies de l’Information et de la Communication) questionnent les dispositifs numériques et interactifs, tout en suivant leurs évolutions de fond. Leur originalité est de croiser les regards des acteurs issus de l’entreprise, de l’industrie, de la formation professionnelle, de l’université, de l’art et du design. Ils présentent leurs retours d’expériences, analyses et visions, afin de stimuler le débat et dresser des perspectives autour d’une thématique de pointe. Elles sont organisées par GOBELINS, l’école de l’image (CCI Paris Île-de-France), adossée au Laboratoire DICEN-IDF (Dispositif d’Information et de Communication à l’Ère Numérique d’Île-De-France) et avec le soutien de l’OMNSH (Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines). Notre civilisation de l’écrit, profondément transformée il y a plusieurs siècles par la révolution de l’imprimerie, subit une lame de fond que l’expression de « mutation numérique » résume à elle seule. Cette journée d’étude au cœur des enjeux et spécialités de GOBELINS, l’école de l’image, tentera de saisir les évolutions récentes et structurelles à travers plusieurs cas concrets. INSCRIPTION : http://ccir.efm.me/itw/answer/m8TOkIEKqKHpvzxZznL4Tg — MATIN — 9 h 00 – 9 h 15 Accueil 9 h 15 – 9 h 30 Présentation de la problématique 9 h 30 – 10 h 00 Conférence d’ouverture Les trois écritures : langue, nombre, code… D’une mutation à l’autre Par Clarisse Herrenschmidt, linguiste, archéologue et anthropologue, spécialiste des civilisations antiques de l’Iran et des régions limitrophes, chercheure au CNRS jusqu’à 2012 À un moment d’apparente accélération, que tirez de l’histoire de l’écriture depuis l’invention des premiers signes notant des nombres puis des mots, vers 3300 avant notre ère en Mésopotamie et en Iran, jusqu’à Internet, en passant par la monnaie frappée ? L’ouvrage Les Trois écritures : langue, nombre, code (Gallimard, 2007) permet de saisir notamment cette troisième phase dans laquelle nous sommes entrés, et mieux comprendre ce qui advient de l’écriture avec l’informatique. 10 h 00 – 10 h 30 Enjeux du prototypage et de l’industrialisation numérique d’une filière : le point de vue de l’éditeur Par Benjamin Goldenstein, responsable de projets numériques, Éditions Belin L’éditeur, au cœur d’une filière en plein bouleversement. Difficile de consolider ses acquis et d’anticiper, particulièrement dans le domaine de l’éducation, alors que se redéfinissent les « interfaces homme-texte » autrefois entièrement maîtrisées par les maisons d’édition. Comment se négocie la vague de fond de la numérisation de la société, qui invite ces dernières à repenser leurs pratiques éditoriales, leurs modes de production, de diffusion, de commercialisation ? En tant qu’éditeur scolaire depuis 1777, à travers son expérience et quelques cas concrets, les éditions Belins partageront leur regard, fruit de projets de R&D engagés depuis 2009 à travers plusieurs partenariats. 10 h 30 – 11 h 00 Pause 11 h 00 – 11 h 30 Littérature jeunesse : du papier au livre numérique enrichi Par Axelle de […]
    • J.E mutations du système d’information
    • Publié le 30 janvier 2015 par Gérald Kembellec dans axe2
    • Le CNAM-INTD organise le 30 janvier prochain une journée d’études autour des mutations du (des) système(s) d’information : évolution des services, des objets adressés, de la gouvernance, voire du concept même de système d’information. Nous souhaitons croiser les regards des différentes parties prenantes (DSI, métiers, consultants, éditeurs…). Cette journée d’études destinée en priorité aux auditeurs du CNAM sera ouverte sur l’extérieur en fonction des places disponibles. Le titre définitif et le programme seront communiqués prochainement. Après avoir été informatique puis numérique, le système d’information se veut aujourd’hui digital traduisant l’évolution supposée du hardware et du software au “peopleware”.. Mais derrière ces variations sémantiques, qu’en est-il de la réalité des mutations en cours ? Correspondent-elles à des changements structurels ou à des effets marketing ? Quelles sont les modalités de convergence observées entre les composants du système d’information ? Comment se négocie la redistribution des rôles parmi les différents acteurs dans le(s) SI d’aujourd’hui ? Quels modes et stratégies d’accompagnement au changement peuvent ou doivent être mises en place. Cette journée d’études, animée par de nombreux acteurs des SI se propose d’explorer ces pistes de réflexion et d’éclairer le positionnement des professionnels de l’information dans un contexte d’investissement tendu en matière de ressources techniques et humaines. Accès : Amphi Z, accès 1 par la rue St Martin. Métro Réaumur-Sébastopol. Renseignements : – – Le matin Contextes d’évolution du SI (Modérateur Gérald Kembellec) 09h00 : Accueil, café 09h15 : Ouverture de la journée, Ghislaine Chartron (CNAM-INTD) 09h30 : ECM et SI d’entreprise, quelles convergences ? Gonzague Chastenet (OUROUK) 10h15 : Transformation du SI et management des RH, Patrick Storhaye (Flexity) 11h00 : Pause 11h15 : L’éco-système d’information documentaire : lieu (espace?) d’innovations, Philippe Bourdenet (Université du Maine) 12h00 : Périphériques portables et mutations, Béa Arruabarrena (CNAM-INTD) 12h45 : Pause déjeuner L’après-midi Conduite du changement : accompagnement, gouvernance, compétences (Modérateur Loïc Lebigre) 14h00 : Les mutations induites par l’utilisation d’un ERP, Pradeepa Thomas-Benjamin (Intec, Direction du numérique du Cnam) 14h30 : L’importance des processus métiers dans le SI, Samira Cherfi (Cnam) 15h00 : Pause 15h15 : Regards croisés sur la gouvernance de l’information, Jean-Pascal Perrein (Gouvinfo), Arnaud Jules (Orange), Diane Sciandra (EADS) 16h45 : Quel accompagnement (conseil, formation, compétences) pour les transformations du SI ? Table ronde métier avec une ouverture prospective : Loic Lebigre et Gérald Kembellec avec Charles Huot (GFII, Cap-Digital), Alpha Diallo, (Help Management, Université Paris 8), Marie-Christine du Ranquet (Total). 17h30 : Clôture de la journée